Bande de Gaza: sous les bombardements israéliens meurtriers, l’évacuation de Rafah se poursuit

L'armée israélienne mène ce week-end de nouveaux bombardements meurtriers dans la bande de Gaza. Le ministère de la Santé du Hamas a annoncé un nouveau bilan de 35 034 morts depuis le début de la guerre. Plus de 20 palestiniens et deux médecins ont été tués ce dimanche. L'armée israélienne concentre ses attaques sur Rafah, à la frontière égyptienne. Elle a ordonné de nouvelles évacuations de cette ville qui est toujours menacée d'une offensive terrestre d'envergure.

Ce dimanche matin, l'armée israélienne a envoyé des blindés à Jabaliya, dans le nord de la bande de Gaza, après une nuit d’intenses opérations aériennes et terrestres qui ont fait au moins dix-neuf morts et des dizaines de blessés, selon les services de santé du Hamas. Le camp de Jabaliya est le plus grand des huit camps de réfugiés de la bande de Gaza. Selon les militaires israéliens, le but de cette opération est d’empêcher le Hamas de rétablir ses capacités militaires dans ce secteur, relate Michel Paul, notre correspondant à Jérusalem. Des incursions également dans les quartiers de Zeitoun et de Sabra près de la ville de Gaza accompagnées de violents bombardements.

« Tout le monde a très peur, raconte-t-elle à Achim Lippold du service international de RFI. Dans la nuit de vendredi à samedi, les bombardements n'ont pas arrêté. Ils ont bombardé depuis la mer, il y a eu des attaques de drones. Et en plus, l'armée israélienne a fait des incursions très avancées dans la partie est de Rafah. Donc ces dernières 48 heures, les habitants ont décidé de partir, parce qu'ils ne sont plus en sécurité ici. »


Lire la suite sur RFI