Bande dessinée: «Un cowboy dans le coton», Lucky Luke contre le Ku Klux Klan

·1 min de lecture

Lucky Luke, la légende de l'Ouest imaginée par le dessinateur Belge Morris en 1944, le cowboy qui tire plus vite que son ombre est de retour. Le nouvel album de Lucky Luke est en librairie cette fin de semaine. Son titre : Un cowboy dans le coton. Il met pour la première fois en scène ce génie de la gachette en Louisiane, aux côtés d'anciens esclaves noirs.

C'est la première fois, en quelque 80 albums et 72 ans d'existence, que des personnages noirs décrochent un rôle principal dans un album de Luky Luke.

Le cowboy solitaire découvre qu'il a hérité d'une vieille admiratrice qui lui lègue sa plantation de coton en Louisiane. Toujours flanqué de son cheval Joly Jumper, les quatre Dalton évadés du pénitentier à ses trousses, l'homme qui tire plus vite que son ombre quitte le Kansas pour l'ancien Etat esclavagiste.

Droit et intègre, Lucky Luke compte bien céder le domaine aux anciens esclaves, mais il va avoir fort à faire avec ses voisins, haineux et racistes, membres du Ku Klux Klan.

Cet album de bande dessinée résonne avec l'actualité la plus brûlante aux Etats-Unis, où la question raciale apparaît centrale après les violences policières et la recrudescence du mouvement Black Lives matter.

Pourtant, cela fait quatre ans que le scénariste Jul s'est attelé à cette histoire.
Servi par le dessin fluide d'Achdé, cet album parvient à faire rire tout en faisant de la pédagogie sur la réalité de l'esclavage.