Les ballons de haute altitude sont enfin prêts à connecter le monde

1 / 2

Les ballons de haute altitude sont enfin prêts à connecter le monde

A l’automne 2017, le géant américain Alphabet avait dépêché une trentaine de ballons connectés Loon au-dessus de l’île de Porto Rico dévastée par l’ouragan Maria. Ils avaient contribué à rétablir les communications téléphoniques.

Ballons ou drones stratosphériques, on appelle ces dispositifs des plates-formes de haute altitude ou plus brièvement des HAPS (High Altitude Pseudo-Satellites). Leur heure de gloire est peut-être enfin arrivée après dix ans d'expérimentations diverses.
La conférence mondiale des radiocommunications, qui s’est terminée fin novembre à Charm el-Cheikh, leur a accordé des bandes de fréquences supplémentaires. Ils vont désormais disposer de suffisamment de bande passante pour assurer leur commercialisation.

Des débits variables

Les HAPS seront reliés à Internet via des stations de base du réseau mobile ou des satellites. Ils pourront évoluer seul ou à plusieurs. Les utilisateurs ne s’y connecteront pas directement et passeront par des opérateurs pour en bénéficier. Car ces dispositifs viendront alimenter les réseaux télécom déjà existants de manière transparente pour le client final ou offriront un service ponctuel à louer, en se servant d’une antenne de réception terrestre.

Pour ce qui est des performances techniques, tout dépendra de la distance entre les HAPS et les personnes connectées.

« La latence sera bien plus faible qu’avec un satellite, les HAPS se situant à seulement 20...

Lire la suite sur 01net.com

A lire aussi