Dans le Ballet de l'Opéra de Paris, des danseurs étrangers commencent à se faire un nom

franceinfo Culture avec agences

Contrairement au Royal Ballet en Grande-Bretagne ou à l'American Ballet Théatre aux États-Unis, la compagnie de l'Opéra à paris embauche rarement hors de France : sur les 154 artistes, seuls 25 viennent de l'étranger. Ces visages venus d'ailleurs ont réussi à gravir ces dernières années les échelons très hiérarchiques du mythique Ballet de l'Opéra de Paris, parfois sans même passer par l'école qui lui est rattachée -chose impensable par le passé- comme l'Argentine Ludmila Pagliero, devenue la première étoile latino-américaine de l'Opéra en 2012.

Lors de son bref mandat (2015-2016), l'ex-directeur de la danse Benjamin Millepied, qui a fait sa carrière aux Etats-Unis, a appelé à plus de diversité dans la compagnie et mis en avant des danseurs non français. Quatre danseurs venus de l'autre bout du monde ont rejoints la compagnie fondée par Louis XIV pour défendre LE style français.

Bianca Scudamore, future star australe

Elle a été qualifiée de "Baby Ballerina" en raison de sa précocité. A 19 ans, la prodige est à deux grades du titre suprême. Dès l'âge de trois ans Bianca Scudamore danse dans sa Brisbane natale avant de se lancer dans le classique selon la méthode anglaise de la Royal Academy of Dance. Mais son but, c'est Paris : "Je regardais beaucoup de vidéos du Ballet de l'Opéra sur YouTube". A 14 ans, elle passe une audition (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi