Une baleine grise égarée observée pour la première fois en Méditerranée française

·2 min de lecture

Le baleineau, âgé d'une quinzaine de mois environ et mesurant 8 mètres, avait déjà été observé au Maroc début mars et en Italie ces dernières semaines, à Naples, puis Rome et Gênes. Selon toute vraisemblance, il s'est égaré en Méditerranée.

Egarée loin du Pacifique, une baleine grise a été observée pour la première fois ces derniers jours le long des côtes de la Méditerranée française, a-t-on appris le 2 mai 2021 auprès du Réseau national échouages de mammifères marins.

Une baleine égarée

Il s'agit d'un baleineau âgé d'une quinzaine de mois environ et mesurant 8 mètres qui avait déjà été observé au Maroc début mars et en Italie ces dernières semaines, à Naples, puis Rome et Gênes. Selon toute vraisemblance, il s'est égaré en Méditerranée, une mer dont il tente de ressortir pour regagner son habitat naturel situé dans le Pacifique nord. "Un spécimen avait déjà été observé en 2010 en Méditerranée, à deux reprises, mais en Israël et en Espagne, c'est une première pour nos côtes françaises", a indiqué Adrien Gannier, vétérinaire et membre du Réseau national échouages de mammifères marins, qui a lui-même observé cette jeune baleine le 30 avril au large de Bormes-les-Mimosas (Var).

A LIRE.

En assez bonne santé mais amaigrie

La présence de cette espèce de baleine dans de telles eaux est tout à fait inhabituelle car sa population vit en grande majorité entre la Basse-Californie l'hiver et l'Alaska l'été. "Il est possible que cette baleine, née en Californie, se soit perdue en mer de Beaufort lors de sa première saison de nourrissage et qu'au lieu de redescendre vers le Pacifique, elle ait emprunté l'Atlantique avant de se retrouver piégée en Méditerranée", explique Adrien Gannier, qui fait également partie du Groupe de recherches sur le cétacé (Grec), une association basée à Antibes. Observée d'abord à Antibes puis à Mandelieu-La Napoule le 29 avril, dans les Alpes-Maritimes, elle avait ensuite été vue dans le port de Bormes-les-Mimosas le lendemain, d'où les autorités portuaires ont réussi à la faire repartir vers le large. "Nous l'avons alors accompagnée dans son trajet vers l'ouest et laissée à un mille nautique du cap Bénat", raconte Adrien Gannier, qui espère que le baleineau va continuer sa route vers l[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi