Une baleine de 13 mètres s'échoue dans le Finistère

Une jeune baleine de près de 13 mètres de long s'est échouée sur une plage de Penmarc’h dans le Finistère, après être décédée en mer, a-t-on appris le 13 août 2019 auprès de l'Observatoire Pelagis qui rassemble des programmes d'observation et d'expertise sur la conservation des populations de mammifères et d'oiseaux marins.

Les causes de la mort déterminées prochainement

"Les services techniques de la commune de Penmarc'h nous ont prévenus ce matin qu'une baleine était échouée sur la plage dans une zone où s'échouent régulièrement des dauphins", a relaté Elénore Meheut, assistante ingénieure à l'observatoire Pelagis qui recense tous les échouages des mammifères marins. L'animal, un rorqual commun (Balaenoptera physalus de son nom scientifique) de près de 13 mètres, n'était pas dans un état de décomposition avancée.  Les équipes du réseau national d'échouage, habilitées à pratiquer des examens post-mortem sur les espèces protégées, vont réaliser un examen interne et procéder à l'équarrissage de du cétacé sur la plage le 14 août. Il devrait permettre de déterminer les causes de la mort, collision avec un navire ou mort naturelle. La plage a été interdite à la baignade pour des raisons sanitaires et un cordon de sécurité sera mis en place lors de l'autopsie.

Environ six échouages de cette espèce surviennent chaque année sur les côtes métropolitaines, selon le parc naturel marin d'Iroise, mais pas forcément d'animaux de cette taille ni à la suite de collisions. En juin 2019, la carcasse d'un rorqual de 17 mètres en forte décomposition s'était échouée sur une plage de la presqu'île de Crozon (Finistère).

Une espèce vulnérable selon l'UICN

Le rorqual commun, espèce protégée, est le deuxième plus grand mammifère au monde après la baleine bleue. Il est vulnérable selon . On compterait environ 100.000 spécimens matures (c'est-à-dire aptes à se reproduire) dans à peu près toutes les mers du globe.

Retrouvez cet article sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi