Une baleine échouée sur une plage du Pas-de-Calais est morte

Une photographie prise le 7 novembre 2022 montre une baleine à bec blessée échouée sur une plage de Sangatte, dans le nord de la France. (Photo de Bernard BARRON / AFP)
BERNARD BARRON / AFP Une photographie prise le 7 novembre 2022 montre une baleine à bec blessée échouée sur une plage de Sangatte, dans le nord de la France. (Photo de Bernard BARRON / AFP)

BIODIVERSITÉ - Un évènement rare pour son espèce. Une baleine à bec de 7,60 m de long est morte ce lundi 7 novembre sur le littoral nord de la France, après s’être échouée sur une plage de Sangatte (Pas-de-Calais). C’est tout à fait « exceptionnel » pour ce spécimen d’une espèce vivant près des côtes arctiques, selon la Coordination mammalogique du nord de la France (CMNF).

La femelle cétacé, d’environ 3,5 tonnes, est morte « probablement noyée », après s’être battue dans la matinée pour regagner la mer à la faveur de la marée montante, a expliqué à l’AFP Jacky Karpouzopoulos, président de la CMNF. Il s’agit d’un spécimen d’hypérodon boréal, une espèce de la famille des baleines à bec, « des animaux grands plongeurs des eaux profondes et arctiques » selon Thierry Jauniaux, spécialiste des mammifères marins à l’université de Liège (Belgique).

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

D’autres individus de la même famille se sont échoués ces derniers mois

Son corps a été ramené sur le sable par la marée descendante en début d’après-midi, après avoir dérivé sur environ 3 km, selon Jacky Karpouzopoulos. « Portant des stigmates anormaux », elle s’était « probablement échouée par désorientation » dans la nuit. Mais, « très vivace », elle avait réussi, « en se débattant avec l’énergie du désespoir », à regagner la mer en fin de matinée avant de succomber, a-t-il détaillé.

À sa découverte dans la matinée sur une plage de Sangatte, le cétacé présentait une plaie saignante au niveau de la tête, a constaté un journaliste de l’AFP. « Ce sont des blessures superficielles, causées par le choc sur les brisants » et non la cause de son échouage, selon le maire de la commune Guy Allemand. La baleine devait être autopsiée sur place dans l’après-midi, avant l’intervention d’une équipe d’équarrissage. Le Muséum national d’histoire naturelle de Paris a souhaité récupérer son squelette, a précisé Jacky Karpouzopoulos.

L’échouage de ce spécimen d’une espèce boréale est « exceptionnel. En 40 ans d’activité je n’avais jamais vu cela », a-t-il ajouté. Toutefois, « d’autres individus de la même famille se sont échoués ces derniers temps en Belgique et aux Pays-Bas, ce qui pose beaucoup de questions », explique Thierry Jauniaux. Le phénomène peut découler « de pollutions, de l’apparition de nouvelles maladies ou d’activités en mer » qui modifient le comportement animal, a-t-il expliqué. En février, c’est une baleine à bosse, femelle de 9,53 m qui avait été trouvée morte, échouée, sur une plage du Pas-de-Calais, entre Calais et Marck.

À voir également sur Le HuffPost :

Lire aussi