Une baleine à bec retrouvée échouée sur une plage du Pas-de-Calais

AFP - Bernard BARRON

Le cétacé s'est "probablement échouée par désorientation". L'échouage de ce spécimen d'une espèce boréale, "qui vit près des côtes arctiques" est "exceptionnel, en 40 ans d'activité je n'avais jamais vu cela", selon un spécialiste interrogé par l'AFP.

Une baleine à bec de 7,60 m de long a été découverte échouée lundi 7 novembre 2022 au matin sur la plage de Sangatte, sur le littoral nord de la France, d'où les spécialistes espéraient qu'elle puisse repartir avec la marée montante, selon la Coordination mammalogique du nord de la France (CMNF). Le cétacé, une femelle "portant des stigmates anormaux", s'est "probablement échouée par désorientation", a affirmé à l'AFP Jacky Karpouzopoulos, président de la CMNF.

Le cétacé présente une plaie saignante au niveau de la tête

En milieu de matinée, il espérait que l'animal "très vivace" puisse repartir avec la marée montante, tout en exprimant des craintes qu'elle puisse aussi mourir noyée. L'échouage de ce spécimen d'une espèce boréale, "qui vit près des côtes arctiques" est "exceptionnel, en 40 ans d'activité je n'avais jamais vu cela", a-t-il ajouté. "Il n'est pas possible de la déplacer" pour l'aider à regagner la mer, a-t-il expliqué. Le cétacé présente une plaie saignante au niveau de la tête, a constaté un journaliste de l'AFP sur place.

En février, c'est une baleine à bosse qui s'était échouée dans le Pas-de-Calais

"Ce sont des blessures superficielles, causées par le choc sur les brisants", et non la cause de son échouage, selon le maire de la commune, Guy Allemand. S'il devait succomber, l'animal, échoué selon lui lors de la précédente marée, dans la nuit, devrait être autopsié sur place en début d'après-midi, avant l'intervention d'une équipe d’équarrissage, a-t-il précisé à l'AFP. En février, c'est une baleine à bosse, femelle de 9,53 m qui avait été retrouvée morte, échouée, sur une plage du Pas-de-Calais, entre Calais et Marck, un phénomène là aussi "exceptionnel" selon M. Karpouzopoulos.

Retrouvez cet article sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi