Bale - Ramsey : les leaders gallois ne sont pas au rendez-vous

Gareth Bale et Aaron Ramsey lors du match USA - Galles (T. Groothuis/Presse Sports)

Au sein d'une génération galloise rajeunie, les leaders présumés ne sont pas au rendez-vous depuis le début de la compétition. Hors de forme avant le match contre l'Angleterre mardi (20 heures).

À la question de savoir si ce match contre l'Angleterre pourrait être le dernier en sélection de Gareth Bale, posée à l'intéressé lundi en conférence de presse, il a simplement répondu : « Non. » Il y a évidemment deux façons d'analyser le petit mot du capitaine gallois. Soit il compte effectivement étirer encore un peu sa longue carrière en sélection, soit il est persuadé que les Dragons vont se qualifier et qu'il aura donc encore au moins une rencontre à disputer, au Qatar.

lire aussi : Résultats et classement du groupe H

Non que les observateurs locaux expriment le souhait de voir la star effectuer ses adieux sous peu, mais sa distance prise avec le haut niveau, depuis quelques mois, interroge. Comme ses performances depuis le début de la compétition. Alors qu'il est peu sollicité depuis son départ au Los Angeles FC (MLS), cet été, ses deux premiers matches ont inquiété. Le penalty égalisateur contre les États-Unis (1-1, le 21 novembre) ne peut tout effacer. À 33 ans et désormais détenteur du record de sélections nationales (110), l'attaquant n'a plus beaucoup de jambes.

Joe Allen enfin opérationnelDerrière lui, Aaron Ramsey, bientôt 32 ans et 77 sélections, n'a pas non plus brillé, depuis dix jours, dans le prolongement d'un médiocre début de saison, à Nice. « Nous devons nous comporter en équipe et ce n'est pas à une seule personne de tout faire », a tenu à préciser Bale, comme pour se dédouaner. Leur sélectionneur, qui a annoncé des changements pour ce choc britannique, a d'ailleurs laissé planer le flou, quant à leur présence, ce soir, au début du match. « Je vais composer l'équipe qui peut battre l'Angleterre, avec ou sans eux, a-t-il assuré. S'ils ne commencent pas, peuvent-ils avoir de l'impact en rentrant ? Cela a toujours été mon dilemme de savoir si les joueurs sont capables d'enchaîner aussi rapidement. »

Il en est un qui devrait débuter, enfin. Il s'agit du milieu Joe Allen, qui est arrivé au Qatar en phase de reprise d'une blessure à une cuisse, contractée le 17 septembre, avec Swansea. À 32 ans, son vécu (73 sélections) sera un atout prépondérant.


Ce dernier a d'ailleurs pris la défense de ses prestigieux coéquipiers, cette semaine. « Ce sont deux joueurs incroyables, a-t-il déclaré. Un énorme match nous attend et j'espère qu'ils pourront répondre aux critiques avec une performance de haut niveau. » En conférence de presse, lundi, Gareth Southgate a voulu être élogieux notamment à l'endroit de Bale, mais un lapsus a, quelque peu, atténué sa démonstration. « Il a eu une fantastique... il a toujours une fantastique carrière, a affirmé le sélectionneur anglais. On sait qu'il est capable d'avoir des fulgurances dans la surface, sur un tir de loin ou sur un coup franc. C'est l'une de ses grandes qualités. Il est très expérimenté, c'est un joueur exceptionnel. » C'est le moment de le démontrer.