"Balèze", le récit autobiographique de Kiese Laymon

·1 min de lecture

A l'heure où l'Amérique se déchire, divisée entre ceux qui s'accrochent encore Donald Trump et ceux qui ont choisi Joe Biden, le romancier Kiese Laymon interroge sur la place des Noirs dans le Sud profond américain, dans ce Mississippi où la violence régit les rapports humains. Que ce soit entre Noirs et Blancs ou entre les Noirs eux-mêmes. Balèze est une bouleversante autobiographie qui montre à quel point il est difficile d'échapper au déterminisme racial dans un pays qui a tenté une échappée par deux fois, en votant pour Barack Obama avant d'en payer le prix. Balèze incarne une histoire personnelle américaine, témoignage brut, violent, d'une quête aux contours noirs et blancs.

Il en faut de l'amour. Un sacré paquet d'amour même. Pour affronter les deux rives de son coeur. Aimer sa mère malgré les coups, aimer les blancs malgré un racisme sans équivoque. Pour cela, Kiese Laymon a dû commencer par s'aimer lui-même, il a bataillé, privé tordu son corps, annihilé sa pensée, retenu les frappes, en a donné avant de trouver le chemin de la liberté, celui de l'écriture. "Kiese Laymon, qu'est-ce que tu as fait au lieu d'écrire ton essai, as-tu réitéré. Je vais te poser la question encore une fois et ensuite je vais chercher ma ceinture." Le livre de l'auteur se construit sur cette dynamique. Il s'adresse à cette femme à la deuxième personne du singulier. Il lui parle. Ou plutôt, il lui écrit comme elle lui a si souvent demandé. Non, exigé, harcelé, hurlé. "Ecris" et lui...


Lire la suite sur LeJDD