Baisses d'impôt, prêt de consolidation, exonérations... Les 25 propositions de la CPME pour l'après-crise

·1 min de lecture

Viendra un temps où la vie reprendra son cours… Pour anticiper, la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) a planché avec l'Ifrap, think-tank libéral, sur 25 mesures à court et moyen terme afin de préserver la trésorerie des entreprises et leur permettre de repartir au plus vite. "Nous devons traiter l'endettement et créer des leviers de croissance pour éviter la mort à petit feu", défend François Asselin, le président de la CPME.

Concernant la réouverture des secteurs fermés administrativement, le syndicat patronal propose de la décider au niveau départemental en fonction de la mortalité totale constatée et du taux d'occupation des lits d'hospitalisation publics et privés. Si une jauge doit être respectée dans les restaurants et les lieux culturels, il souhaite que le fonds de solidarité soit assis sur la perte de chiffre d'affaires entraînée par cette limitation de l'activité.

Regrouper les dettes et créances dans un prêt garanti par l'Etat

Pour sécuriser financièrement les sociétés, un prêt de consolidation regroupant les dettes et créances pourrait être accordé avec la garantie de l'Etat et amortissable sur dix ans. En cas de faillites, la CPME plaide pour que les fournisseurs soient servis en premier - et non en dernier - pour ne pas entraîner des défaillances en cascade.

Lire aussi - Crise économique : voici pourquoi la vague des faillites et plans sociaux arrive

Au-delà de ses marottes sur les seuils sociaux et l'assouplissement du contrat de travail, le...


Lire la suite sur LeJDD