La suspension des taxes sur l’essence, une fausse bonne idée de Joe Biden ?

KEVIN LAMARQUE / REUTERS

Comme attendu, Joe Biden a pris la parole mercredi à la Maison-Blanche pour annoncer une tax holiday, une suspension des taxes sur l’essence pendant trois mois, soit 18 cents par gallon (3,8 litres environ) d’essence et 24 cents par gallon de gazole. “Je comprends parfaitement que cette suspension des taxes ne va pas régler le problème à elle seule mais elle offrira aux familles un soulagement immédiat, juste un peu d’air pendant que nous continuons à travailler sur une baisse durable des prix”, a déclaré le président américain alors que le prix moyen d’un gallon a atteint 5 dollars aux États-Unis, un record historique, note Fox Business.

L’administration Biden estime que cette mesure fédérale, ajoutée à une suspension des taxes des États, une augmentation de la production et une baisse des prix transférée intégralement aux consommateurs, pourrait aboutir à une réduction de 1 dollar par gallon, relève Politico.

“Mais l’idée pourrait ne pas être accueillie par les législateurs du Capitole aussi favorablement que Biden l’espère”, prévient ABC News. Cette suspension des taxes doit en effet être approuvée par le Congrès. La Maison-Blanche devra convaincre 50 sénateurs démocrates ainsi que 10 sénateurs républicains, “ce qui paraît extrêmement improbable”, selon CNN.

La chaîne cite par exemple Kevin Cramer, sénateur du Dakota du Nord. “Les Américains ne demandent pas 18 cents d’économie, ils veulent le retour des politiques énergétiques de Trump !” s’agace l’élu. Les républicains dénoncent une mesure purement politique à quelques mois des élections de mi-mandat.

Plus grave pour le président, même le camp démocrate affiche ses réserves. Les taxes sur l’essence servent normalement à l’entretien des routes du pays. “Cette politique ne va offrir qu’un minuscule soulagement tout en creusant un trou de 10 milliards de dollars dans le fonds destiné aux autoroutes alors que nous devons continuer à réparer les ponts en mauvais état, diminuer le nombre de morts sur la route et construire un système d’infrastructures modernes”, souligne le représentant de l’Oregon Peter DeFazio. Barack Obama lui-même avait qualifié la mesure de “gimmick” lors de sa campagne électorale en 2008.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles