Baisse spectaculaire des MST en Norvège en 2020 du fait des restrictions sanitaires

·2 min de lecture
Un couple au lit (PHOTO D'ILLUSTRATION) - Noemi Leon Albert – Flickr - CC
Un couple au lit (PHOTO D'ILLUSTRATION) - Noemi Leon Albert – Flickr - CC

Moins de promiscuité, moins de MST: retombée salutaire des mesures de distanciation physique contre le Covid-19, les maladies sexuellement transmissibles ont nettement reculé l'an dernier en Norvège, selon des statistiques officielles publiées jeudi.
Une chute de 39% des cas de gonorrhée, de 11% des cas de chlamydiose et de 20% des cas de VIH, l'année 2020 marquée sous le signe de la pandémie et des restrictions sanitaires s'est traduite par une diminution quasi-générale des infections susceptibles d'être transmises sous l'édredon.

"La baisse du nombre de cas d'infections sexuellement transmissibles en 2020 doit selon toute vraisemblance être principalement liée aux mesures anti-Covid avec des restrictions de voyage, la distanciation sociale et la fermeture des lieux de sortie", a estimé un responsable de l'Institut norvégien de santé publique (FHI), Øivind Nilsen, dans un communiqué.

Une hausse significative des cas de syphilis

Seule exception, la syphilis a progressé avec une hausse, qualifiée de "surprenante" par le FHI, de 39% des cas. Une tendance qui touche particulièrement les homosexuels.

"Une explication possible de l'augmentation de la syphilis parmi les hommes ayant des rapports sexuels avec d'autres hommes, alors même que la gonorrhée a nettement reculé, peut être que la syphilis donne moins de symptômes, a une phase de transmissibilité plus longue que la gonorrhée et que la maladie est hautement contagieuse", a avancé Øivind Nilsen.

Outre le respect des précautions sanitaires contre le coronavirus, le FHI oeuvre pour un recours accru au préservatif.

125.530 cas de Covid-19 recensés depuis le début de la pandémie

"La plupart des personnes qui sont infectées par des maladies sexuellement transmissibles le sont dans le cadre de rapports occasionnels, et bien sûr sans utiliser de préservatif", a dit Øivind Nilsen.

"Les préservatifs, c'est comme les masques anti-Covid: ça crée une barrière contre les agents infectieux", a-t-il fait valoir au micro de TV2 Nyhetskanalen.
La Norvège compte parmi les pays qui ont le mieux contrôlé la pandémie. Depuis le début de la crise sanitaire, le royaume de 5,4 millions d'habitants a enregistré 125.530 cas de Covid, dont 785 décès. Aucune surmortalité n'y a été constatée l'an dernier. Au contraire, le nombre de morts a baissé de 73 en 2020, pourtant une année bissextile, par rapport à 2019, selon l'institut national de statistique SSB.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles