La baisse du chômage montre "l'efficacité des politiques conduites", juge Macron

LExpress.fr
"Je ne ferai aucun triomphalisme, parce que quand on est encore autour de 8% de chômage, la bataille n'est pas gagnée", a néanmoins souligné le chef de l'État.

Emmanuel Macron s'est félicité ce jeudi de la baisse du chômage à 8,1% à la fin 2019, "une très bonne nouvelle" témoignant selon lui d'"une efficacité des politiques conduites", même s'il s'est gardé de tout "triomphalisme", lors de son déplacement en Haute-Savoie. 

"C'est une très bonne nouvelle", a déclaré le président de la République, interrogé en conférence de presse à Saint-Gervais-les-Bains. Cela montre selon lui "une efficacité des politiques qui sont conduites", notamment pour "réduire la peur d'embaucher" : la "flexi-sécurité", la "réforme de l'assurance-chômage", "l'investissement dans les compétences", ou encore "l'apprentissage" et "l'alternance". 

LIRE AUSSI >> Reprise d'emploi, formation, radiations... Comment expliquer la baisse record du chômage ? 

"En formation professionnelle, on a eu 497 000 chômeurs formés en 2019 grâce au Plan d'investissement dans les compétences, on a eu 491 000 apprentis", a détaillé Emmanuel Macron, qui veut "poursuivre les efforts". La baisse constatée "veut dire qu'on a enrichi la croissance en emplois : avec moins de croissance, on crée plus d'emplois", s'est-il réjoui. 

"Aucun triomphalisme"

Mais "je ne ferai aucun triomphalisme, parce que quand on est encore autour de 8% de chômage, la bataille n'est pas gagnée", a ajouté Emmanuel Macron. La France était l'un des seuls pays "à ne pas avoir réussi à conjurer le chômage de masse après la crise, on est en train de corriger cela, mais il faut viser beaucoup plus, donc je continue à avoir beaucoup plus d'ambition que rester à 8 %", a-t-il confié. 

LIRE AUSSI >> Assurance chômage : ce qui vous attend si vous perdez votre travail cet hiver 

Questionné sur le conditionnement de son éventuelle candidature à sa succession en 2022 à la poursuite de la baisse du chômage, à la manière de François Hollande, le chef de l'État a ironisé: "Il y en a qui ont essayé, ils ont eu des problèmes". La ministre du Travail Muriel Pénicaud avait pour sa part estimé, ce jeudi, que l'objectif d'un taux de 7% à...Lire la suite sur L'Express.fr

La baisse du chômage montre "l'efficacité des politiques conduites", juge Macron

VIDÉO. Aires protégées, nucléaire... Les solutions d'Emmanuel Macron pour l'environnement

Face à une majorité contrariée, Macron tente de recoller les morceaux

Emmanuel Macron exhorte les députés LREM à "l'unité" et se défend de tout "caporalisme"