Il se baigne dans un lac et meurt infecté par une amibe "mangeuse de cerveau"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Westend61 via Getty Images
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Un Américain qui s’est baigné dans un lac de l’Iowa à la fin du mois de juin a été infecté par une amibe. Pris en charge, il n’a malheureusement pas survécu.

Une baignade à l’issue fatale. À la fin du mois de juin, un Américain a décidé de piquer une tête dans un lac de l’État d’Iowa, aux États-Unis. Dans l’eau, il a probablement été infecté par une amibe Naegleria fowleri, aussi appelée "mangeuse de cerveau". Ce surnom vient de son mode de contamination : l’amide pénètre dans les voies nasales, généralement lors d’une baignade, et se déplace le long du nerf olfactif jusqu’au cerveau où elle cause des dommages. Le malheureux baigneur est décédé des suites d'une méningo-encéphalite amibienne primaire (MEAP), rapporte NBC News.

Une maladie mortelle dans 95% des cas

"Cette infection n'est pas contagieuse et ne peut pas être contractée en avalant de l'eau", a précisé le ministère de la Santé du Missouri qui assure que les cas sont extrêmement rares. L'Agence nationale de sécurité sanitaire précise dans un rapport que même si la méningo-encéphalite amibienne primaire est peu fréquente, elle est "mortelle dans 95% des cas". Quelque 310 cas ont été recensés dans le monde et 11 personnes seulement y ont survécu.

En France, un seul cas a été recensé. C’était en 2008 en Guadeloupe. Un jeune garçon de 9 ans est décédé d'une méningite foudroyante après une baignade dans une source d’eau chaude. Les amibes aiment particulièrement les eaux dont la température dépasse les 25°C.

VIDÉO - Décès d'un garçon de six ans infecté par une amibe mangeuse de cerveau

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles