De la baie de Somme au massif des Vosges, ces lieux près de chez nous où l’on aimerait se ressourcer

Baie de Somme, d'Authie et parc du Marquenterre. / Lotharingia - stock.adobe.com

(1/10) – En France, il existe des terres à l’écart de l’agitation du monde. Entre nature et spiritualité, on s’y rendra bientôt pour se remplir les poumons ou reposer les oreilles. La preuve par dix.

La baie de Somme (Somme)

Des dunes coiffées d’herbes qui ondulent sous un ciel immense… Des étendues sablonneuses et sauvages que l’on ne foule qu’à marée basse… Des mollières (terme picard pour prés-salés) parcourus de mille cours d’eau… Entre Dieppe et Boulogne-sur-Mer, l’estuaire de la Somme dessine un triangle de 70 km², que l’on hisse régulièrement sur le podium des plus belles baies du monde. Les courants marins modèlent et remodèlent sans fin les lignes de ces paysages d’eau, d’herbe et de sable, que l’on explore de préférence à pied, une paire de jumelles à la main. Au cœur de la Réserve Naturelle Nationale de la Baie de Somme, le Parc du Marquenterre sert de refuge à des milliers d’oiseaux migrateurs : cigogne, oie cendrée, balbuzard pêcheur, tadorne de Belon... Certains font une halte ici entre la Scandinavie et la Mauritanie. Rêver de ces lointains sur les bancs de sable, les vasières et les prés-salés fait partie de l’expérience d’une balade en baie de Somme. Autre rencontre exotique, celle des phoques que l’on aperçoit depuis les quais du Crotoy, de Saint-Valéry et du Hourdel. Et toujours ce « désert humide et plat où la mer, en se retirant, a laissé des lacs oblongs, des flaques rondes, des canaux vermeils où baignent les rayons horizontaux » (Colette).

La côte d’Opale (Pas-de-Calais, Nord)

Tout au nord de l’Hexagone, entre Calais et Boulogne-sur-Mer, la Côte d’Opale pointe le bout de son nez ou plutôt de ses nez, car ils sont deux : le cap Blanc-Nez et le cap Gris-Nez. Classé Grand Site de France en 2011, le site des Deux-Caps offre au promeneur des paysages naturels et sauvages éblouissants. Vingt-trois kilomètres de côte où souffle un vent de liberté, sous des cieux d’autant plus sublimes qu’ils sont tourmentés. Le gris de plomb sied particulièrement aux (...) Lire la suite sur Figaro.fr

Rêvons chez nous
La Dominique, la plus sauvage des îles caraïbes
À Trouville, goûter le charme normand à la saison froide
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro