A Bagnolet, un scrutin pour «redevenir une ville normale»

Libération.fr
Au pied d'un immeuble de Bagnolet, en octobre 2012.

Marquée par la gestion très controversée du maire PCF sortant, la commune de Seine-Saint-Denis pourrait se donner à son ex-premier adjoint ou au candidat socialiste.

A l’accueil de la mairie de Bagnolet, un quidam s’étonne : «Ça change, dites !» De fait, que l’on apprécie ou pas son architecture alambiquée, le nouvel hôtel de ville en impose. Inauguré fin 2013, ce bâtiment massif est quatre ou cinq fois plus grand que l’ancienne mairie, conservée intacte sur le même site. Tout autour se poursuit un grand chantier d’où sortira le futur centre-ville. Mais dans la grande mairie neuve, derrière son comptoir, l’hôtesse d’accueil s’excuse de n’utiliser qu’un stylo rouge : «Les noirs, on nous les pique. Et on a plus d’argent pour en racheter.»

Drôle de contraste entre le gigantisme du chantier et ce détail. Lorsque l'on rapporte l'histoire à Tony di Martino, candidat socialiste à la mairie, il ne s'en étonne pas : «Dans les écoles, il n’y a plus de papier-toilette. Dans les imprimantes, il n’y a plus de feuilles. Il a un moment été question de réduire les portions servies dans les cantines. Et chaque année, à l’été, on presse les fonctionnaires de passer leurs commandes avant que le budget ne soit épuisé, dès septembre.» A Bagnolet, aucun des quatre candidats encore en lice – trois de gauche, un de droite – ne dissimule son malaise devant l'état de la ville. Une statistique revient en permanence : au hit-parade des communes endettées, la leur se classe quatrième. 

«Mégalomane, paranoïaque»

Que se passe-t-il à Bagnolet ? Tous les candidats du second tour désignent le même coupable : le maire sortant Marc Everbecq – qui n'a pas répondu aux sollicitations de Libération. Elu en 2001 sous l’étiquette PCF, réélu en 2008, ce quadragénaire prolongeait une série de maires rouges entamée en 1928. Après huit ans à la tête de la ville, il est accusé de tous les maux, jusque chez les communistes locaux. En septembre 2013, ces derniers lui ont d’ailleurs préféré son (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

A Bagnolet, «l’urgence est de retrouver un fonctionnement républicain sain»
Le futur maire de Juvisy est âgé de 22 ans
NKM et Anne Hidalgo décochent leurs dernières flèches
Les mairies FN et les livres : la mémoire à trous de Marine Le Pen
Yves Jégo propose une loi pour mettre fin aux triangulaires

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages