Cette bactérie a survécu dans l’espace et s'y est même adaptée !

Nathalie Mayer, Journaliste
·1 min de lecture

Cette bactérie s’appelle Deinococcus radiodurans. C’est une bactérie extrêmophile, capable de résister, donc, à des conditions particulièrement difficiles. Elle vient même de survivre à une année d’exposition à l’espace extra-atmosphérique, à l’extérieur de la Station spatiale internationale (ISS). Des chercheurs de l’université de Vienne (Autriche) nous confirment aujourd’hui qu’elle a non seulement survécu aux rayonnements cosmiques, à la microgravité, au froid et au vide, mais qu’elle s’y est même adaptée.

Leurs travaux montrent justement comment D. radiodurans a échappé à des dommages morphologiques et produit de nombreuses vésicules membranaires externes. Grâce à une protéine et à des réponses génomiques initiées pour atténuer le stress cellulaire, aidant la bactérie à réparer les dommages à son ADN et à se défendre contre les espèces réactives à l’oxygène.

Deinococcus radiodurans, la bactérie qui a survécu un an dans l’espace et qui s’est adaptée à la vie dans ces conditions extrêmes. © Tetyana Milojevic, Université de Vienne
Deinococcus radiodurans, la bactérie qui a survécu un an dans l’espace et qui s’est adaptée à la vie dans ces conditions extrêmes. © Tetyana Milojevic, Université de Vienne

La vie, de planète en planète

Les résultats des chercheurs de l’université de Vienne aident à mieux comprendre les mécanismes et les processus par lesquels la vie peut exister au-delà de notre Terre. Ils suggèrent que la survie de D. radiodurans dans l’espace extra-atmosphérique pendant une période plus longue est possible grâce à son système de réponse moléculaire efficace.

« Des voyages encore plus longs et plus lointains sont réalisables pour les organismes dotés de telles capacités », explique Tetyana Milojevic, chercheur, dans un communiqué. Si un micro-organisme peut survivre aux conditions extrêmes de l’espace extra-atmosphérique, cela vient appuyer la théorie selon laquelle la vie peut se propager de planète en planète. Peut-être avec des astéroïdes comme moyens de transport.

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura