Backline

Libération.fr

«Allô, le Stade de France, ici le tourneur de Coldplay, pour leurs trois concerts au mois de juillet, il faudra trois batteries, deux pianos à queue, quatre orgues et une flûte à bec.» Tout comme les DJ qui aiment voyager léger, avec juste une clé USB dans la poche contenant toute leur collection de disques, les groupes de rock, pop, reggae, etc. ne sont plus obligés de trimballer dans leurs valises l’ensemble des instruments dont ils ont besoin pour jouer sur scène.

Même si on a rarement vu Bruce Springsteen dormir sans sa guitare Fender Telecaster, ou Slash (Guns N’ Roses) s’éloigner de sa Gibson Les Paul noire. D’où la mise à disposition par le promoteur d’un soir de cette fameuse backline, autrement dit la liste du matériel nécessaire pour que les musiciens puissent exercer leur métier sans louer trois semi-remorques supplémentaires. Lesquels étant désormais plutôt réservés aux structures scéniques et aux éclairages de plus en plus gigantesques. Rock’n’roll circus quoi !

Retrouvez cet article sur Liberation.fr

Jorrdee Le flou du flow
Blaenavon Rock à pleins tubes
15-21 avril
Spoek Mathambo House et coutumes
Du dancefloor aux salles obscures

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages