"Back Side / Dos à la mode" : vues de dos, les femmes se font sensuelles, délivrent un message, au musée Bourdelle

franceinfo Culture avec agences

L'exposition Back Side / Dos à la mode explore le rapport de la mode au dos, cette partie du corps qu'on contrôle le moins. De la contrainte d'une fermeture à la sensualité d'un dos dénudé, d'une traîne de cour à la charge d'un sac à dos, l'exposition propose jusqu'au 17 novembre 2019 une centaine de silhouettes du XVIIIe siècle à nos jours qui dialoguent avec les sculptures du musée Bourdelle.

"Le dos, c'est la seule partie de nous-mêmes que nous ne voyons pas et que les autres voient mieux que nous. Jouer avec le dos c'est jouer avec une forme de fragilité, d'impuissance et l'être humain déteste l'impuissance", souligne le commissaire de l'exposition Alexandre Samson.

Le dos contraint par un laçage

La traîne apparaît au XIIIe siècle pour que les riches en allongeant l'arrière de leur vêtement protègent leur dos. Lors de son couronnement, Catherine II de Russie a une traîne de 14 mètres de long portée par 12 valets, un record absolu. A la fin du XVe siècle, le laçage apparaît au dos des femmes quelle que soit leur condition - les paysannes qui n'ont pas de femme de chambre se font aider par un frère, père ou mari. Au XVIIIe siècle apparaissent les agrafes, les corsets au XIXe se ferment sur le devant mais se lacent sur le dos... Des créateurs vont (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi