Baccalauréat: des lycéens ukrainiens passent leur ZNO en France

Polina, étudiante ukrainienne de 18 ans réfugiée en France, prépare l'équivalent du baccalauréat ukrainien à Paris, le 11 juin 2022 - BFMTV
Polina, étudiante ukrainienne de 18 ans réfugiée en France, prépare l'équivalent du baccalauréat ukrainien à Paris, le 11 juin 2022 - BFMTV

L'heure est aux révisions à quelques jours du baccalauréat. Pour certains lycéens, les épreuves seront cependant un peu différentes. De jeunes Ukrainiens réfugiés en raison de l'invasion russe passent en effet le ZNO, équivalent du bac dans leur pays d'origine, d'ici quelques semaines dans l'Hexagone.

Réfugiée en France depuis quelques mois, la jeune Polina, originaire de Mykolaïv, potasse l'histoire ukrainienne devant son ordinateur.

"C'est le thème révolution ukrainienne. Je dois répéter (sic) les informations avec tous les documents", explique-t-elle à BFMTV, dans un français mâtiné d'un léger accent ukrainien.

La France a accepté d'organiser l'examen sur demande du gouvernement ukrainien. Les épreuves sont prévues pour se dérouler entre la fin juillet et le début du mois d'août via une plateforme numérique. Trois centres sont également mis à disposition des candidats aux épreuves à Paris, Bordeaux et Marseille.

Un double parcours entre France et Ukraine

Une bonne nouvelle pour Polina. La jeune fille qui réside désormais à Paris ignore quand elle pourra retourner en Ukraine. Elle tenait malgré tout à passer l'examen.

"C'est quelque chose de vraiment important pour continuer les études en Ukraine parce que c'est la seule façon pour rentrer à l'université ukrainienne", explique-t-elle.

En parallèle de sa préparation du ZNO, Polina poursuit ses études en France en classe de seconde UPE2A, dédiée aux élèves non francophones. Elle doit intégrer la classe de première l'année prochaine.

"On se pose la question de pouvoir à la fois laisser la possibilité de faire un cursus de retour dans leur pays et en même temps de pouvoir construire un cursus en France", explique Marianne Dodinet, proviseure du lycée Jean de La Fontaine, où Polina est scolarisée.

Environ 18.000 enfants et adolescents ukrainiens sont actuellement scolarisés dans l'Hexagone en raison de l'invasion russe. Plusieurs d'entre eux doivent, comme Polina, passer le ZNO dans les jours à venir.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles