Bac de français : "Faire une pétition parce que c'est dur, c'est n'importe quoi", répond une enseignante de français

franceinfo
L'épreuve anticipée de français, qui s'est déroulée lundi pour les élèves de première, a été jugée "trop difficile" par plusieurs lycéens, qui ont lancé une pétition. Une professeure revient, pour franceinfo, sur cette contestation.

"Trop difficile", "Andrée Chedid trop peu connue". Après les épreuves anticipées du baccalauréat de français pour les filières S et ES, des internautes ont lancé, lundi 17 juin, une pétition (signée par près de 26 000 personnes mercredi après-midi) pour alerter sur la difficulté du sujet.

>> Retrouvez tous les résultats du bac 2019 dès le 5 juillet

Les candidats ont été invités à composer sur le thème de la poésie à partir d'un corpus de quatre poèmes d'Alphonse de Lamartine, Anna de Noailles, Yves Bonnefoy et enfin Andrée Chedid. De nombreux jeunes ont ainsi raconté sur les réseaux sociaux leur panique après avoir découvert – après l'examen – qui était Andrée Chedid, et surtout, qu'elle était une femme.


L'épreuve de français proposée était-elle si difficile ? Franceinfo a interrogé Catherine Boulanger, professeure de français depuis treize ans. Elle enseigne au lycée Sainte-Ursule, dans le 17e arrondissement de Paris.

Franceinfo : La barre était-elle placée trop haut pour ce sujet de l'épreuve de français ?

Catherine Boulanger : Pour commencer, j'ai apprécié que ce sujet soit choisi, car la plupart des professeurs de français attendaient le retour de la poésie depuis cinq ans. Et le thème choisi, le lien entre le poète et la nature, est un thème très classique.

Par ailleurs, le sujet de dissertation était lui, vraiment bien. "'Avoir l’âme qui rêve, au bord du monde assise…' (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi