Baby blues : une photo pour en parler

Baby blues : le cliché de Danielle Haines pour briser un tabou

"Ceci est une photo de moi trois jours après mon accouchement". Aujourd’hui maman épanouie de Ocean, 10 mois, Danielle Haines a tenu à partager ce cliché plein d’ambivalence. Alors que l’Américaine tient contre elle son nouveau-né, elle a l’air désemparé et semble partagée entre la joie d'avoir donné la vie et une frayeur intense de ne pas être à la hauteur. Toutes les caractéristiques du baby blues, cet état de confusion et d’hypersensibilité qui touche de nombreuses femmes après la naissance de leur enfant.

"Totalement désemparée"

Dans un long message posté sur Twitter, l'Américaine raconte, tente de mettre des mots sur ce mauvais souvenir : "j'étais totalement désemparée. J'aimais mon bébé, le papa me manquait (il était retourné au travail ce jour-là) (...) mes seins avaient des crevasses et saignaient, mon lait montait, mon bébé allait avoir très faim, j'étais triste en pensant aux gens qui font du mal aux bébés...". Au pic de son baby blues, Danielle explique avoir reçu la visite de sa sœur, Sarah. Cette dernière voit que la jeune maman ne va pas bien, qu'elle est atteinte de ce fameux "baby blues" et décide de la prendre en photo.

Le besoin de témoigner

Pour aider les femmes à s'exprimer sur ce mal-être assez courant mais dont on parle finalement peu, les deux sœurs ont décidé de poster le cliché sur les réseaux sociaux puis de créer un site pour recueillir des témoignages.
En une semaine, des dizaines de femmes ont déjà posté le récit souvent poignant de leur déprime post-partum.

"L'horreur absolue"

"En toute honnêteté, le premier mois a été un brouillard. Je n'ai pas quitté ma maison. C'était l'horreur absolue", écrit l'une d'elle qui raconte avoir finalement eu une crise de violence, se tailladant les bras devant son mari impuissant parce qu'elle se sentait débordée. "Avec le recul, je réalise que j'étais vraiment malade", raconte cette femme qui s'exprime anonymement et qui regrette de ne pas avoir cherché l'aide d'un professionnel à ce moment-là.

Un tabou

Car le baby blues est souvent tabou. Comment avouer qu'on est totalement déprimés lorsqu'on vient d'avoir un enfant en bonne santé ? Du coup, il est très difficile de savoir combien de femmes sont touchées par ce mal-être post-accouchement. C'est sans doute pour cela que l'initiative de Danielle Haines a tant plu sur les réseaux sociaux.

Le baby blues, à distinguer de la dépression post-partum

Le baby blues désigne un état de confusion et d'hypersensibilité de la jeune maman, juste après son accouchement. Il s'agit d'une pathologie très courante, souvent liée à la brutale baisse du taux d'hormones après l'accouchement mais aussi au bouleversement engendré par l'arrivée de l'enfant.

S'il dure plus de quelques jours et surtout s’il s’intensifie, on parle alors de dépression post-partum.

Que faire si on est victime de baby blues ou pour aider une proche ?

Il faut absolument en parler. La maman peut s’adresser au personnel de l’hôpital où elle a accouché (sages-femmes, médecins, auxiliaires de puériculture...). Aujourd'hui, il existe même un site et un numéro vert destiné aux parents débordés.
www.alloparentsbebe.org
N° Vert : 0 800 00 3456

 Voir aussi - Carnet rose : les naissances people 2015