« Babi Yar. Contexte », « Fire of Love », « 107 Mothers »... Les critiques des films en salles cette semaine

© ATOMS & VOID/Prod/Prod

Babi Yar. Contexte ***

De Sergei Loznitsa. 2h.

À Babi Yar, au nord de Kiev, les 29 et 30 septembre 1941, les Nazis ont abattu plus de 33 000 Juifs. De cette atrocité longtemps occultée, la « Shoah par balles », il ne reste que de très rares images. Au moyen d'archives inédites, ce documentaire parvient à en reconstituer le contexte précis. Un sommet de violence et d'inhumanité dont Sergei Loznitsa donne à éprouver l'épouvante par un montage saisissant, sans voix off, émaillé de témoignages d'époque, bruitages et silences glaçants. Au cours du film, un extrait des Carnets de guerre de Vassily Grossman (« L'Ukraine sans les Juifs », écrit en 43 lorsque les soviétiques reprirent le contrôle de l'Ukraine) défile à l'écran. Un travail nécessaire. A.C.

Fire of Love ***

De Sara Dosa. 1h33.

Katia et Maurice Krafft ont dédié leur vie aux volcans. Jusqu’à la perdre en 1991 sur le mont Unzen, au Japon. Presque entièrement conçu avec des images d’archive, ce documentaire habilement monté raconte le parcours du couple de volcanologues français via la voix off de la cinéaste Miranda July. Des images souvent impressionnantes, au plus près des monstres en ébullition, qui traduisent à la fois leur tempérament audacieux – Maurice Krafft explorant un lac d’acide sur un bateau pneumatique – et leur passion brûlante. Si bien qu’au fil de ce film d’aventures se dessine un émouvant triangle amoureux. Bap.T. 

107 Mothers ***

De Péter Kerekes, avec Maryna Klimova, Iryna Kiryazva. 1h33.

En Ukraine, les fem...


Lire la suite sur LeJDD