Le B.A.-BA du langage universel des bébés animaux

·1 min de lecture

Du jeune singe à l'otarie, quelles stratégies développent les petits pour se faire reconnaître de leurs parents, hurler de peur ou grappiller de la nourriture ? Un bioacousticien français décrypte les mystères de la communication animale. Fascinant.

Cet article est issu du magazine Sciences et Avenir - La Recherche n°897 daté novembre 2021.

"Liouuinn-irrhouiiin". Lorsqu'on diffuse des pleurs de bébé humain dans un bassin de crocodiles, les femelles sont irrésistiblement attirées par le signal de détresse. "Les modulations des pleurs, leurs rapides montées dans l'aigu, leurs côtés rugueux évoquent les cris de leurs propres enfants ! ", analyse Nicolas Mathevon, professeur à l'université Jean-Monnet de Saint-Étienne (Loire), fondateur d'une équipe de bioacoustique. Et les crocodiliennes se montrent plus réactives encore lorsque les biologistes diffusent des cris rugueux, signe de douleur, captés à l'occasion d'une séance de vaccination.

Avec cette expérience, en cours de publication, le chercheur voulait vérifier si ces reptiles comprenaient les émotions codées dans les communications d'une espèce aussi éloignée que la nôtre. Il avait déjà observé que les mères caïmans à lunette répondaient avec un empressement égal au désarroi exprimé par des petits caïmans noirs, alligators du Mississippi et crocodiles du Nil qu'elles n'avaient jamais entendus dans leur milieu naturel, et dont les appels, pourtant très différents, étaient diffusés en play-back dans un marais vénézuélien.

"Il arrive que des espèces partagent des manières communes de coder la même information, note Nicolas Mathevon. Poisson, oiseau, insecte, mammifère…chaque animal a son univers linguistique, témoignant d'interactions sociales précises. Mais certaines productions sonores ont une résonance quasi universelle, quand d'autres ne peuvent être comprises que par une espèce, voire par un parent." Cette problématique ne cesse de fasciner celui qui travaille depuis trente ans à décrypter les sons animaux et à savoir ce que se racontent les bêtes. Dans cette quête, les crocodiliens sont des sujets de prédilection, "car ils sont les seuls reptiles à s'occuper de leurs jeunes, et qui dit soins parentaux dit forcément communication", justifie le chercheur.

"Qu[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles