Bêtes de science : la mouche et son GPS intégré

·2 min de lecture

Les mouches. Généralement, elles nous agacent à tourner en rond dans nos cuisines ou dans nos salons. La tentation est alors grande de se saisir d’une tapette et d’en finir. Mais respirons un grand coup et prenons aujourd’hui le temps d’essayer de les comprendre. Parce que si elles adoptent ce qui nous apparaît comme une habitude des plus exaspérantes, c’est en réalité tout simplement… par amour ! En attendant qu’une femelle se sente concernée, un mâle peut en effet tourner en rond pendant des heures. Sa manière à lui de se rendre intéressant…

Ça ressemble quand même un peu à une preuve de plus que les mouches ne sont pas très futées. Il faut bien dire qu’avec un cerveau de la taille d’une graine de pavot et pas plus de 100.000 neurones, elles ne sont pas aidées. Pourtant, les scientifiques sont formels : ces petits insectes sont capables de se souvenir et donc, d’apprendre. Les mouches peuvent, par exemple, distinguer les endroits dangereux des lieux sûrs.

Ce que cache le cerveau d’une mouche

Leur cerveau, si petit soit-il, est par exemple capable de calculer leur direction de déplacement alors même que leur tête et leur corps ne pointent pas dans le même sens. Quoi ? Oui, quand vous marchez dans la rue tout en tournant la tête vers celui ou celle qui vous accompagne. C’est ce que fait votre cerveau, aussi. Les mouches ont très peu d’amies mais ça peut quand même leur arriver. Quand elles battent des ailes pour avancer, mais qu’un vent assez fort les fait reculer, par exemple.

Les travaux sur le sens de l’orientation des mouches pourraient éclairer les neuroscientifiques qui travaillent sur des maladies qui perturbent la cognition spatiale chez les humains. Comme la maladie d’Alzheimer. © Hurca!, Adobe Stock
Les travaux sur le sens de l’orientation des mouches pourraient éclairer les neuroscientifiques qui travaillent sur des maladies qui perturbent la cognition spatiale chez les humains. Comme la maladie d’Alzheimer. © Hurca!, Adobe Stock

Les mouches et le calcul vectoriel

Lorsque vous fermez les yeux, vous restez aussi capables de savoir à quel endroit d’une pièce vous vous trouvez et dans quelle direction vous « regardez », grâce aux cellules que les scientifiques appellent cellules de direction...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles