Bêtes de science : jamais votre chien ne parlera… comme une vache espagnole !

·2 min de lecture

De notre meilleur ami le chien, il en a déjà été question plusieurs fois dans cette chronique Bêtes de science. Nous l’avons découvert capable de partager nos émotions. Les plus joyeuses. Comme les plus tristes. Ou de mettre la patte sur nos petits défauts. En décelant nos mensonges par exemple. Plus récemment, nous avons fait la connaissance de Max, de Gaia ou encore de Squall. De véritables petits génies qui avaient appris à distinguer des objets par leur nom.

Bêtes de Science : le chien à notre écoute

Et il y a quelques jours, je suis tombée sur de nouveaux travaux — toujours menés par la fameuse équipe d’éthologues de l’université Eötvös Lorànd de Budapest (Hongrie) — qui ont attiré mon attention d’amoureuse des chiens. Notre meilleur ami, disaient les chercheurs, est capable de différencier des langues. Incroyable, pensez-vous ? Vous avez tout à fait raison. Car il semblerait que très peu d’animaux soient capables d’une telle prouesse. Elle a déjà été éprouvée chez des éléphants d'Afrique. Mais c’est connu. Les éléphants sont tout particulièrement intelligents. Et aujourd'hui, c’est bien la toute première fois que cette capacité est prouvée sur un cerveau non humain.

D’abord, peut-être aimerez-vous savoir comment diable les chercheurs ont pensé à tester ça sur des chiens. Le hasard, une fois de plus. Une éthologue qui déménage du Mexique à la Hongrie avec son chien. Et qui, au détour d’un avion, se demande comment son fidèle Kun-kun va réagir à tous ces gens qui ne parleront pas la même langue qu'elle. Les bébés humains font la différence. Mais les chiens ?

Kun-kun, le chien voyageur, installé dans le scanner avec des écouteurs sur les oreilles. Pour mieux entendre l’histoire du Petit Prince. © Enikő Kubinyi, Université Eötvös Lorànd
Kun-kun, le chien voyageur, installé dans le scanner avec des écouteurs sur les oreilles. Pour mieux entendre l’histoire du Petit Prince. © Enikő Kubinyi, Université Eötvös Lorànd

L'espagnol, ça n'a rien à voir avec le hongrois !

Alors les chercheurs de l’université Eötvös Lorànd de Budapest (Hongrie), comme ils en ont l’habitude maintenant, ont entraîné des chiens à rester immobiles dans un scanner. Là, ils...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles