Bêtes de science : la drôle d’intelligence du blob

·1 min de lecture

Découvrez cette chronique au format podcast ! © Futura

Si je vous dis « blob ». Vous voyez de quoi je veux parler ? Si vous êtes adeptes de films de science-fiction — pas forcément très réussis —, il vous viendra sans doute une image à l’esprit : celle d’une créature extraterrestre gluante qui grossit en engloutissant les habitants d’une petite ville de Pennsylvanie. Ou de Californie, au choix.

Mais, dans la vraie vie, le blob — de son véritable nom Physarum polycephalum — est un organisme unicellulaire bien terrestre. Il existe depuis des centaines de millions d’années. Et les scientifiques en ont, à ce jour, décompté plus de 1.000 espèces. Certaines peuvent présenter autant de différences qu’un rongeur et une baleine dans le monde des mammifères. Jaune, rouge ou noir. Le blob adore les endroits sombres et humides. Il ressemble tantôt à du vomi de chien. Tantôt à des croûtes de mucus. Tantôt à de la moisissure. Bref, rien de très ragoûtant. Pourtant, le blob fascine les scientifiques.

Tiens, par exemple, parce qu’il est composé d’une cellule unique géante. Qui peut atteindre les dix mètres carrés. Grâce à un réseau veineux en perpétuelle adaptation et qui distribue les nutriments de manière étonnamment efficace en tous points de son organisme. Parce que le blob est presque immortel aussi ! Si vous le découpez en morceaux, il va rapidement cicatriser. Et former plusieurs nouveaux blobs.

Le blob produit des spores et des pigments. Comme les champignons et les plantes. Il se déplace aussi. Comme un animal. À quatre petits centimètres par heure, seulement. Et surtout lorsqu’il est affamé. Pourtant, ce n’est ni vraiment l’un ni vraiment l’autre. La génétique a révélé que c’est un amibozoaire. Un myxomycète,...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles