Bêtes de science : donnez trois choix à une chauve-souris et voyez ce qu’il se passe

·1 min de lecture

La chauve-souris. Ces derniers mois, elle a beaucoup fait parler d’elle. De triste manière. Comme la principale suspecte dans l’enquête sur l’origine du coronavirus responsable de la pandémie de Covid-19. Car c’est un fait. Les chauves-souris constituent un réservoir de virus. La plupart restent inoffensifs pour nous, les Hommes. Mais il peut arriver que certains franchissent la barrière des espèces. En passant par un hôte intermédiaire et après quelques adaptations et mutations malheureuses. Ce processus assez complexe a généralement besoin de conditions particulières pour avoir lieu. Des conditions créées… par nos activités. Lorsque nous dégradons l’environnement par la déforestation ou l’élevage intensif, que nous capturons des animaux, que nous les transportons, que nous en faisons le commerce ou même que nous les mangeons, nous bouleversons les interactions entre faune sauvage et êtres humains.

Voilà une vérité de rétablie. Et tant que nous y sommes, mettons aussi fin à un autre mythe sur les chauves-souris. À l’exception de trois espèces – sur plus de 1.400 connues – vivant en Amérique du sud, les chauves-souris ne sont pas non plus les vampires assoiffés de sang que l’on imagine. Elles se nourrissent généralement gentiment de quelques fruits et surtout d’insectes nocturnes. Des moustiques notamment. Ça, c’est plutôt une bonne nouvelle. Oui, parce que les piqûres de moustiques ne sont pas que désagréables. Elles sont aussi la cause de maladies. Les chercheurs estiment même que les moustiques sont responsables d’un million de morts par an dans le monde !

Rien que pour ça, les chauves-souris méritent bien qu’on leur laisse une chance. Et peut-être bien que la suite de cette histoire les rendra encore un peu plus sympathiques à vos yeux.

De loin la chauve-souris la plus commune dans les forêts tropicales de plaine du Mexique au nord de l’Amérique du Sud, la chauve-souris jamaïcaine, connue des scientifiques sous le nom d’Artibeus...
De loin la chauve-souris la plus commune dans les forêts tropicales de plaine du Mexique au nord de l’Amérique du Sud, la chauve-souris jamaïcaine, connue des scientifiques sous le nom d’Artibeus...

> Lire la suite sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles