Bêtes de science : ces abeilles, championnes… de golf !

·2 min de lecture

Saviez-vous qu’il existe, dans le monde, au moins 20.000 espèces d’abeilles ? Près de 1.000 rien qu’en France. Certaines sont domestiques. D’autres sont sauvages. Elles sont parfois sociales. D’autres fois, plus solitaires. Et puis, il y a celles qui produisent du miel à partir du nectar des fleurs. Elles le stockent d’abord dans leur jabot pour l’emmener à la ruche. Là, des ouvrières le chargent en enzymes, l’avalent et le régurgitent plusieurs fois. Enfin, elles l’étalent dans les alvéoles pour le laisser sécher. Nous ? Nous n’avons plus qu’à nous régaler de cet or liquide, bourré de qualités.

Notez tout de même que, pour produire un kilo de miel, ce ne sont pas moins de six mille abeilles qu’il faut mobiliser pendant quelque deux semaines. Une éternité pour l’ouvrière dont l’espérance de vie en pleine saison n’est pas de plus de cinq à six semaines. Le temps de butiner, avec ses petites copines, plus de douze millions de fleurs. Et de parcourir l’équivalent de… dix fois le tour de la Terre !

Malheureusement, les abeilles — comme les autres espèces de pollinisateurs — sont aujourd’hui menacées de disparition. Nous en sommes les premiers responsables. Parce que nous utilisons trop de pesticides. Parce que nous avons adopté le principe de la monoculture et que nous pratiquons l’agriculture intensive. Parce que nous détruisons leurs habitats. Ou encore parce que nos activités sont à l’origine d’un réchauffement climatique sans précédent. Or un monde sans pollinisateur, c’est un monde qui se meurt. Car les trois quarts de la production mondiale de nourriture dépendent des insectes pollinisateurs et l’écrasante majorité des plantes sauvages ont besoin d’eux pour se reproduire. Alors, peut-être devrions-nous penser à adopter quelques actions pour sauver les abeilles...

Comment le déclin des abeilles met en péril les cultures agricoles

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles