Pas si bêtes : ces loutres qui apprennent les unes des autres

Nathalie Mayer, Journaliste
·2 min de lecture

Qu’elle est mignonne, la loutre cendrée, avec sa petite bouille couleur crème et ses yeux qui brillent. Et joueuse avec ça. En liberté, elle s’amuse dans les boues et dans l’eau. En captivité, elle s’éclate souvent avec des cailloux ou d’autres petits objets trouvés.

Un comportement espiègle qui cache une bien triste réalité. La loutre cendrée est en effet menacée par la pollution des cours d’eau, par la destruction de son habitat et par l’attrait de la médecine asiatique traditionnelle pour ses organes. Mais aussi par la surpêche qui la prive peu à peu de nourriture.

Alors, la loutre cendrée, la plus petite loutre du monde, se montrera-t-elle plus futée que les Hommes ? Réussira-t-elle à trouver de nouvelles sources d’alimentation ? C’est en tout cas ce que pensent des chercheurs de l’université d’Exeter (Royaume-Uni) après avoir observé son comportement de près.

Copier pour la bonne cause

À la fin de cette histoire, certaines mauvaises langues qualifieront sans doute les loutres cendrées de copieuses. Mais les spécialistes parleront plutôt de « social learning » ou d’apprentissage social. Ces animaux qui vivent en groupe montrent en effet des aptitudes à apprendre des découvertes de leurs petits copains.

Pour le vérifier, mettez-les face à des boîtes remplies de boulettes de viande. Des boîtes préparées pour qu’elles s’ouvrent soit en tournant...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura