Bêtes ? Dangereux ? Rachid Zerrouki démonte 3 clichés sur les élèves de Segpa

Brut.
·1 min de lecture

"Les élèves de Segpa sont bêtes"

"Sur Twitter, on a longtemps connu "Mamadou Segpa" qui s'amusait à faire des blagues sur cette section, à faire passer ces élèves-là pour des nuls, des abrutis. On connaît aussi une série sur YouTube qui s’appelle "Les Segpa", qui fait des millions de vues et qui met en scène des élèves très, très bêtes, face à un professeur très, très autoritaire qui n'hésite pas à les prendre par le col et… Ces représentations sont vraiment très éloignées de la réalité", regrette Rachid Zerrouki. Le professeur des écoles en Segpa souligne d'ailleurs que de nombreuses raisons peuvent amener des élèves à se retrouver dans ces sections. "Ça peut être des problèmes sociaux, des problèmes familiaux, des problèmes liés à la santé, parfois, parce qu'un enfant qui a des rendez-vous à l'hôpital assez fréquents, trois, quatre fois par semaine, forcément, ça a des conséquences sur sa scolarité", détaille-t-il. Selon Rachid Zerrouki, le devoir de trier les élèves est attribué de façon erronée à l'école. "De dire qui est le plus intelligent, qui est le plus digne de mérite... C'est un rôle qui n'appartient pas du tout à l'école. L'école, elle est là pour faire progresser les élèves, quel que soit leur niveau initial", estime-t-il.

"Les élèves de Segpa sont dangereux"

"La (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi