Béziers : la jeune fille de 18 ans présentée à un juge antiterroriste

Par Aziz Zemouri
·1 min de lecture
Logo de la Direction générale de la sécurité intérieure (Photo d'illustration).
Logo de la Direction générale de la sécurité intérieure (Photo d'illustration).

Révélée par Le Point, l'opération antiterroriste de la DGSI à Béziers le week-end dernier a mis au jour une menace réelle d'attentat contre une église. Le samedi 3 avril, à la suite d'un renseignement faisant état d'une possible action violente contre une église à l'occasion du week-end de Pâques, le Parquet national antiterroriste (Pnat) a ouvert une enquête préliminaire pour association de malfaiteurs terroriste.

Cinq femmes d'une même famille ont été interpellées dans la nuit de samedi à dimanche, la mère et ses quatre filles. Le père était absent, hospitalisé depuis un mois à Montpellier. Une seule des jeunes femmes a été mise en cause au final. La mère et les trois autres s?urs ont été remises en liberté avant la fin des 96 heures de garde à vue légales en matière de procédure antiterroriste.

Des produits pour fabriquer un explosif

Selon nos informations, Leila B., 18 ans, une jeune musulmane inconnue des services de renseignements et déscolarisée depuis deux ans, s'est radicalisée via les réseaux sociaux et sur Telegram, où, selon nos informations, elle évoquait une action violente contre une église à Montpellier ou à Strasbourg.

La jeune fille est issue d'une famille qui vit misérablement dans un logement social du quartier de la Devèze. Le père atteint par la maladie ne travaille plus. Selon des voisins, interrogés par téléphone, la jeune fille, décrite comme taciturne, vivait repliée sur elle-même depuis qu'elle avait quitté le collège.

Selon le Pnat [...] Lire la suite