Béziers : Le couvre-feu pour les moins de 13 ans est légitime pour la justice

Mineurs - La Ligue des droits de l’homme, qui avait saisi la justice, estimait que cet arrêté est une atteinte à la liberté

Le tribunal administratif de Montpellier a rejeté mercredi la demande de la Ligue des droits de l’Homme de suspendre le couvre-feu pour les mineurs de moins 13 ans instauré à Béziers, en raison de « l’existence de risques de troubles à l’ordre public ».

L’association estimait que la mairie n’apportait « aucun élément » justifiant leur implication dans des troubles à l’ordre public.

Le maire de la sous-préfecture de l’Hérault, Robert Ménard (DVD) a pris cet arrêté le 22 avril. Il interdit la circulation entre 23 heures et 6 heures des mineurs de moins de 13 ans non accompagnés. Il l’a justifié par le « nombre croissant de jeunes mineurs livrés à eux-mêmes en pleine nuit » et une « aggravation du nombre de faits » délictuels. Il avait notamment cité l’incendie d’une école il y a près de cinq ans, en 2019, et les « émeutes de juillet 2023 ».

« Atteinte à la liberté d’aller et venir », pour la LDH

« Mais aucun mineur de moins de 13 ans n’était impliqué dans cet incendie, ni dans les émeutes », a affirmé Sophie Mazas, avocate pour la LDH, lors de l’audience en référé suspension. Elle estime que « cet arrêté est une atteinte à la liberté d’aller et venir pour ces enfants des trois quartiers prioritaires de la ville ».

« Le maire demande aux mineurs de moins de (...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Montpellier : Un couple filmé pendant un ébat sexuel dans la rue sur le capot d’une voiture de police
Toulouse : Viol, enlèvement, la lycéenne avait tout inventé
Oise : Après un salut nazi, grimée en Hitler, la surveillante de prison condamnée à une amende