Bételgeuse : le mystère de son obscurcissement est en partie élucidé

Nathalie Mayer, Journaliste

Depuis la fin de l’année 2019, Bételgeuse fait beaucoup parler d’elle. En quelques semaines, cette étoile de la constellation d’Orion, habituellement très brillante dans notre ciel, a perdu 40 % de son éclat. Laissant les astronomes seuls face à leurs hypothèses. Allions-nous bientôt observer son explosion en une splendide supernova ? Devions-nous cette perte de luminosité à des poussières ? Des chercheurs du Max Planck Institute (Allemagne) rejettent aujourd’hui cette dernière possibilité. Ils avancent que le phénomène aurait été provoqué par des taches inhabituellement grandes à la surface de Bételgeuse.

e%20place%20des%20%C3%A9toiles%20les%20plus%20brillantes" target="seemore">Bételgeuse dégringole à la 19e place des étoiles les plus brillantes

Rappelons que Alpha Orionis est ce que les astronomes appellent une supergéante rouge, une étoile en fin de vie, 20 fois plus massive que notre Soleil et 1.000 fois plus grande. Les pulsations qu’elle subit sont suffisamment puissantes pour éjecter relativement facilement ses couches externes. Lorsque ce gaz refroidit, il forme des poussières qui peuvent provoquer une baisse de luminosité.

Mais en observant Bételgeuse à l’aide de l’Atacama Pathfinder EXperiment (Apex) et du télescope James Clerk Maxwell (États-Unis), les chercheurs du Max Planck Institute ont découvert que l’étoile était également devenue 20 % plus sombre aux longueurs d’onde submillimétriques. Celles que les poussières fraîches font pourtant particulièrement briller.

Ces images spectaculaires prises par l’Observatoire européen austral (ESO) montraient, il y a quelques semaines, la répartition de la luminosité — en lumière visible — à la surface de Bételgeuse, avant et après son obscurcissement. © M. Montargès et at., ESO

Des taches stellaires d’une étendue inédite

Selon les astronomes, l’assombrissement mesuré en lumière visible et aux longueurs d’onde submillimétriques est en revanche tout à fait compatible avec une diminution de la température moyenne de surface de Bételgeuse. Une diminution de température de l’ordre de 200 °C....

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura