Bénin – Victor Topanou : « Nous sommes esclaves de notre modèle »

Propos recueillis par Viviane Forson, à Calavi (Bénin)
·1 min de lecture
Professeur de sciences politiques à l’Université d'Abomey-Calavi, Victor Topanou est également auteur de plusieurs ouvrages dont  
Professeur de sciences politiques à l’Université d'Abomey-Calavi, Victor Topanou est également auteur de plusieurs ouvrages dont

C'est un ancien garde des Sceaux du Bénin qui nous reçoit chez lui, dans une discrète ruelle de la ville de Calavi, près de Cotonou, la capitale économique du Bénin, en cette matinée d'avril. Un vaste bureau occupe une première partie de l'espace, l'ordinateur est bien allumé, mais ce sont les livres qui captent le regard en premier. Il y en a partout et sur tous les thèmes. L'homme connaît par c?ur la place de chacun d'entre eux, et n'hésite pas tout au long de l'entretien à aller fouiller dans sa mine d'or, rien que pour appuyer ses propos. Cet intellectuel de l'ethnie fon a compté dans le paysage politique béninois. Ministre de la Justice sous la présidence de l'ex-président Thomas Boni Yayi, il avait fait acte de candidature à la magistrature suprême en 2011. Lors des dernières élections présidentielles de 2016, après avoir décrié les candidatures des hommes d'affaires Sébastien Ajavon et Patrice Talon, il a pris part au dialogue politique voulu par l'actuel président en 2019 et qui a débouché sur l'adoption de plusieurs réformes qui continuent de bouleverser le modèle démocratique béninois. Il s'est confié au Point Afrique sur le climat politique qui prévaut à quelques jours de la présidentielle du 11 avril dans ce pays d'Afrique de l'Ouest longtemps présenté comme un exemple de démocratie, mais qu'il connaît assez de l'intérieur pour nous en décrire tous les ressorts. Élections, système partisan, bilan de Patrice Talon? Entretien.

Le Point Afrique : C [...] Lire la suite