Bénin : un modèle de démocratie "en péril" en Afrique de l'Ouest

Martin Mateso
Les Béninois ont du mal à y croire. Un parlement sans aucune voix dissidente s’apprête à s’installer dans leur pays, comme à l’époque du parti unique. L’opposition dénonce une "décapitation de la démocratie" et appelle la population à la résistance.

Ils étaient une vingtaine sur les 83 députés de l’Assemblée nationale sortante à tenir tête au pouvoir exécutif. Le nouveau parlement béninois, qui va se mettre en place le 16 mai, ne compte aucune voix dissidente. Aucun parti de l’opposition n’a été autorisé à présenter des candidats aux élections législatives du 28 avril. Ils ne remplissaient pas toutes les conditions exigées par le nouveau code électoral. Résultat : seuls deux partis proches du pouvoir ont pris part à ce scrutin.

"Le Bénin revient à l’époque du parti unique et de la pensée unique. Nous sommes en train de retourner à une période malheureuse de l’histoire de notre pays. C’est une décapitation de notre démocratie. Nous résisterons. Et c’est ça le mot d’ordre", explique à franceinfo Afrique le député de l’opposition Guy Dossou Mitokpé, membre de la Commission des lois dans le parlement sortant.

Ils sont nombreux, au sein de l’opposition et de la société civile, à dénoncer "le virage inquiétant" que prend leur pays. "Nous allons nous lever pour dénoncer ce parlement illégal et illégitime. Nous ferons appel à tous les partenaires techniques et financiers de notre pays pour qu’ils sanctionnent ce pouvoir", clame Ernest Adjovi, Secrétaire (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi