Bénin: avis sévère du groupe de travail de l'ONU sur la détention arbitraire dans l'affaire Sossou

·2 min de lecture

Dans l'affaire Ignace Sossou au Bénin, le groupe de travail de l'ONU sur la détention arbitraire a rendu ses conclusions. Il avait été saisi par les avocats du journaliste d'investigation condamné le 24 décembre 2019 à 18 mois de prison pour « harcèlement par le biais de moyens de communication électronique », puis libéré en juin dernier.

Le journaliste Ignace Sossou avait relayé sur les réseaux sociaux, des propos du procureur de la République tenus lors d'un atelier organisé par CFI. Sa peine finalement réduite en appel, Ignace Sossou a été libéré le 24 juin 2020.

À lire aussi : Au Bénin, le journaliste Ignace Sossou condamné en appel à 12 mois de prison, dont 6 mois ferme

Mais en février, ses avocats avaient saisi le Groupe de travail de l'ONU sur la détention arbitraire. Et ce dernier vient justement de rendre son avis. Il estime que la détention d'Ignace Sossou a été arbitraire et adresse des recommandations, comme l'explique Maitre Henri Thulliez, l'un des avocats du journaliste, joint par Sébastien Duhamel du service Afrique de RFI.

« D’abord, le groupe de travail demande à ce que monsieur Ignace Sossou soit indemnisé à hauteur des dommages subis, du fait de sa détention arbitraire. Les autorités sont appelées à mener une enquête sur les circonstances de cette arrestation, afin d’adopter des mesures appropriées contre ceux qui en sont responsables. C’est donc un avis très fort qui demande à ce que ceux qui sont derrière cette arrestation illégale soient punis.

Le groupe de travail, qui notamment y voit une violation d’un procès équitable, en vertu du fait que monsieur Sossou n’avait pas bénéficié d’un procès devant un tribunal indépendant et impartial, annonce avoir renvoyé cette affaire au rapporteur spécial sur la promotion et la protection des droits à la liberté d’opinion et d’expression et aussi au rapporteur spécial sur l’indépendance des juges et des avocats. C’est-à-dire qu’il y aura sans doute une suite auprès des Nations unies.

Les deux rapporteurs spéciaux vont, à n’en point douter, renseigner sur la question de l’indépendance du pouvoir judiciaire au Bénin. Les conclusions qu’ils prendront seront sans doute livrées au Conseil des droits de l’homme, qui pourra du coup adopter des recommandations très claires vis-à-vis des autorités béninoises ».

À noter que dans son avis, le Groupe de travail sur la détention arbitraire estime, par ailleurs, que l'article 550 du Code Numérique, fondement de la condamnation d'Ignace Sossou, est « vague et trop large», que ses dispositions « peuvent, comme dans le cas présent, être utilisées pour punir l'exercice pacifique des droits de l'Homme ». Les avocats rappellent que cet article est également dénoncé par les organisations de défense des droits de l'Homme.

À écouter aussi : Affaire Ignace Sossou: «Un précédent extrêmement dangereux»