Budget: les réformes du gouvernement profitent en priorité aux 1% les plus riches

François Hollande avait vu juste. Emmanuel Macron président des riches? "Non ce n'est pas vrai", avait répondu l'ex-chef de l'État dans l'émission Quotidien en avril, "il est le président des très riches". Une étude menée par l'Institut des politiques publiques (IPP), un organisme d'évaluation indépendant, confirme ce constat.

En prenant en compte l'ensemble des mesures fiscales des budgets 2018 et 2019 du gouvernement, l'IPP démontre que ce sont les 1% les plus riches (la dernière barre à droite sur le graphique) qui voient leur revenu le plus augmenter, et de loin.

Les très hauts revenus ont davantage bénéficié que les autres ménages des mesures fiscales sur le patrimoine, à savoir la suppression de l'Impôt sur la fortune (ISF) au profit de l'Impôt sur la fortune immobilière (IFI) et de la création du prélèvement forfaitaire unique (PFU ou flat tax) de 30%.

Ces deux dispositifs ont allégé la taxation des revenus du patrimoine dit mobilier et des plus-values financières (vente d'actions, etc.). Or, parmi les ménages aisés, plus ils sont riches, plus la part qu'occupent ces revenus mobiliers et financiers dans le total de leurs revenus est importante (voir le graphique de l'Insee ci-dessous). À eux seuls, les 1% les plus riches concentrent 30% du total des revenus du patrimoine (foncier et mobilier) et près de 50% des revenus tirés des plus-values.

Ces mesures (suppression de l'ISF et...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi