Le béluga dans la Seine dans un « état préoccupant », début des opérations de sauvetage

L’état sanitaire du béluga repéré dans la Seine est « préoccupant » (photo d’illustration)
DANIEL LEAL / AFP L’état sanitaire du béluga repéré dans la Seine est « préoccupant » (photo d’illustration)

DANIEL LEAL / AFP

L’état sanitaire du béluga repéré dans la Seine est « préoccupant » (photo d’illustration)

ANIMAUX - Le béluga repéré mardi matin dans la Seine se trouve désormais à proximité d’une écluse, à environ 60 km de Paris, « entre le barrage de Poses et celui de Saint-Pierre-la-Garenne », au nord de Vernon et Giverny. Il est « amaigri » et son état de santé est « préoccupant », a annoncé jeud soir la préfecture de l’Eure.

Les services de l’Etat, sapeurs-pompiers, SNSM, Office Français de la Biodiversité (OFB), Groupe d’Étude des Cétacés du Cotentin (GEEC) et le laboratoire Pelagis ont été mobilisés toute la journée pour évaluer l’état sanitaire de l’animal qui « semble présenter des altérations cutanées », a précisé la préfecture.

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Un « barrage sonore » pour bloquer l’animal

Une première opération de sauvetage a été lancée jeudi soir. Elle consiste dans un premier temps à empêcher le cétacé de continuer sa remontée du fleuve. « Il faut mettre en place un barrage sonore pour le bloquer », a expliqué jeudi à franceinfo la présidente de l’association de défense des océans Sea Shepherd, Lamya Essemlali. « L’urgence est déjà de le nourrir pour éviter qu’il ne subisse le même sort que l’orque retrouvée morte de faim » dans le même fleuve fin mai. L’ONG craint que la « fin tragique » de l’orque dans la Seine se répète.

« Le milieu n’est pas très accueillant pour le béluga, la Seine est très polluée et les cétacés sont extrêmement sensibles au bruit, or la Seine est très bruyante avec sa navigation très importante », a Lamya Essemlali à l’AFP.

De fait, le communiqué de la préfecture assure que « l’association Sea Shepherd France a proposé (...) de mettre en place des tentatives de sauvetage et de nourrissage » et que « le préfet de l’Eure (...) a décidé d’accompagner et de sécuriser ces actions, dans le respect de l’animal et de ses besoins ».

L’animal fuit les embarcations

Contacté par l’AFP, Gérard Mauger, vice-président du GEEC, a décrit un « animal bien tonique, qui passe très peu de temps en surface et effectue de longues apnées », signe que sa capacité pulmonaire « reste bonne » mais un comportement qui complique la tâche des sauveteurs, la préfecture indiquant que le cétacé « fuit les embarcations et ne se laisse pas guider dans la direction de l’embouchure de la Seine ».

Cependant, même si le béluga rejoint l’embouchure du fleuve, sa survie est loin d’être assuré, précise Lamya Essemlali, qui souhaiterait qu’un prélèvement ADN soit réalisé sur le cétacé : « C’est le seul moyen de savoir quelle est sa région d’origine. L’idéal serait de pouvoir le rapatrier dans son aire de répartition naturelle », précise-t-elle à franceinfo.

« Quelques semaines après l’orque, c’est totalement ubuesque de retrouver un béluga ici. Il faut que l’on comprenne quel phénomène récent a conduit à de telles situations, et s’en prémunir », ajoute-t-elle alors que l’espèce protégée vit habituellement dans les eaux froides.

Les autorités lancent un appel à la prudence et demandent à « l’ensemble de la population de ne pas tenter d’approcher ou de rentrer en contact avec l’animal pour faciliter le travail de l’ensemble des services de l’État, mobilisés pour la préservation de la faune sauvage ».

À voir également sur Le HuffPost : Ce skipper français a survécu 16 heures dans une bulle d’air à l’intérieur de son bateau retourné

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles