Bélarus : Sofia Sapega, la compagne de Roman Protassevitch, condamnée à 6 ans de prison

Leonid Scheglov / BelTA / Handout / Reuters

Sofia Sapega, la compagne du journaliste bélarusse Roman Protassevitch, a été condamnée à six ans de prison. Elle avait été arrêtée après l'atterrissage forcé de leur avion.

Près d'un an après son arrestation, une lourde condamnation. Sofia Sapega, une Russe de 24 ans, a été condamnée vendredi à six ans de prison au Bélarus, déclarée coupable d'incitation à la haine sociale et de collecte illégale de données personnelles d'une personne dont l'identité n'a pas été révélée lors du procès qui s'est déroulé à huis clos, précise le «Moscow Times ». La jeune femme avait été interpellée l'an dernier, lorsque l'avion dans lequel elle se trouvait avec son compagnon Roman Protassevitch avait été contraint d'atterrir à Minsk en urgence, escorté par un chasseur de l'armée bélarusse officiellement envoyé en raison d'une «alerte à la bombe». Le couple avait été arrêté, le reste des passagers avait pu repartir vers Vilnius, où le couple vivait pour échapper à la répression du régime d'Alexandre Loukachenko.

Reportage :Il faut sauver le soldat Protassevitch

Plusieurs voix se sont élevées pour dénoncer la condamnation de la jeune Russe. «Un an après le détournement sans précédent de l'avion Ryanair à Minsk, le régime a condamné Sofia Sapega à 6 ans de prison. Elle est devenue une victime collatérale de l'attaque de Loukachenko sur son petit ami Protassevitch. Je suis désolée pour Sofia et sa famille. Personne ne devrait souffrir d'une dictature», a écrit Svetlana Tikhanovskaïa, l'opposante bélarusse en exil. «Le régime veut faire taire les voix dissonantes et rester au pouvoir. Cela ne marchera pas. Nous appelons à la libération des plus de 1100(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles