Bélarus : Alexandre Loukachenko dénonce une tentative "d'organiser un massacre" à Minsk

·2 min de lecture

A l'approche de la présidentielle dimanche, Alexandre Loukachenko a dénoncé mardi une tentative d'organiser «un massacre» à Minsk après l'arrestation de 33 hommes réputés proche du Kremlin. 

Le président bélarusse Alexandre Loukachenko a dénoncé mardi une tentative d'organiser «un massacre» à Minsk à l'approche de la présidentielle dimanche, après l'arrestation de «combattants» réputés proche du Kremlin. «La tentative d'organiser un massacre dans le centre de Minsk est évidente», a-t-il affirmé lors de son discours à la nation, accusant la Russie de «mensonge» au sujet des personnes arrêtées, car «ils ont tout raconté».

Moscou a indiqué après l'arrestation au Bélarus de ces 33 hommes, membres du groupe militaire privé Wagner selon Minsk, qu'ils étaient en transit pour rejoindre d'autres destinations. Cette organisation opaque est accusée de longue date d'envoyer des mercenaires combattre dans des zones où la Russie ne souhaite pas intervenir officiellement. «C'est des mensonges : sur Istanbul, sur le Venezuela, l'Afrique et la Libye. Ces gens ont avoué, ils ont été envoyés spécialement au Bélarus», a lâché le président Loukachenko, devant des invités et les élus du Parlement. Il a affirmé qu'une «autre unité» avait été envoyée dans le sud du pays : «On doit la pourchasser dans les forêts et l'attraper», a-t-il martelé.

L'arrestation de ces suspects a encore accru les tensions avec la Russie, pourtant le plus proche allié historique du Bélarus. «Vous êtes en retard d'un quart de siècle, nous sommes ancrés fermement dans l'avenir, nous ne vous abandonnerons pas le pays. L'indépendance ça coûte cher, mais elle en vaut le coût", a encore dit Alexandre Loukachenko, semblant une fois encore s'adresser à la Russie qu'il accuse depuis des mois de vouloir faire du Bélarus un vassal.

Alexandre Loukachenko face aux "pauvres nanas"

A voir aussi :Biélorussie : comment une coalition de trois femmes tente de battre le(...)


Lire la suite sur Paris Match