Bébés nés sans bras : poursuite des investigations en Bretagne uniquement

La rédaction d'Allodocteurs.fr
Une eventuelle cause commune aux bras malformes de trois enfants dans un village du Morbihan va etre recherchee a partir de cet automne. En revanche, pour le comite d'experts scientifiques, le nombre de familles touchees dans l'Ain n'est pas anormal.

Le verdict est sans appel. Selon le Comité d'experts scientifiques (CES) qui vient de rendre son rapport, il n'y a pas un nombre inquiétant d'enfants nés avec un bras malformé dans l'Ain. C'est seulement autour des trois familles touchées dans le Morbihan que des investigations supplémentaires seront lancées cet automne.

Un bilan qui contredit les alertes lancées par le REMERA, le Registre des Malformations en Rhône-Alpes depuis des années. Parmi les clés du décalage : une définition plus précise des malformations considérées. Il s'agit d'atteintes d'un seul membre, le bras, dans sa longueur, et qui ne touchent aucun autre organe autrement dit, en terme médical des Agénésies Transverses du Membre Supérieur (ATMS).

Rien d'anormal dans l'Ain

"L'examen réalisé des dossiers transmis par le REMERA conduit le Comité à retenir six enfants porteurs d'une anomalie, explique le Pr Alexandra Benachi, présidente du Comité d'experts. Dans l'Ain, sur la période et la zone géographique considérées, cela ne correspond pas à une situation anormale, c'est-à-dire au dessus des 1,7 naissances sur 10 000 habituellement recensées."

En revanche, l’analyse des signalements provenant de Bretagne conduit les experts à y valider l’existence d’une alerte, un "cluster" pour lequel ils demandent la poursuite de (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi