Bébés nés sans bras : les dernières pistes de la lanceuse d’alerte

La rédaction d'Allodocteurs.fr
Un comite d'experts nomme par le ministere de la Sante se reunit jeudi apres-midi pour faire le point sur les cas groupes d'enfants nes avec une malformation du bras.

A ce stade, aucune hypothèse n’est privilégiée par les autorités sanitaires pour expliquer les cas d’enfants nés avec une malformation congénitale du bras ou de la main. Quatorze cas ont été recensés dans le Morbihan, dans l’Ain et en Loire-Atlantique. Emmanuelle Amar, épidémiologiste et directrice du Remera (Registre des Malformations en Rhône-Alpes), qui a révélé l’affaire en septembre, poursuit l’enquête. Elle vient de communiquer les derniers résultats de ses recherches.

  • Mobilisation spontanée de scientifiques étrangers

Le retentissement médiatique et l’émotion suscitée par cette affaire, ont créé une mobilisation scientifique spontanée autour d’Emmanuelle Amar. La chercheuse a reçu, entre autres, l’appel de Neil Vargesson, spécialiste en biologie du développement à l’Université d’Aberdeen en Ecosse. Ce dernier lui a rapporté l’histoire des dix-huit enfants de la ville de Corby, dans le centre de l’Angleterre, qui avaient exactement le même type de malformations, sur un seul bras. Après des années de bataille judiciaire, l’exposition à des poussières toxiques liée au nettoyage d’une usine a été reconnue comme responsable de ces atteintes. Pour les cas français, le chercheur a alimenté le dossier d’Emmanuelle Amar avec les résultats de tests en laboratoire montrant que certains insecticides peuvent se décomposer en acide rétinoïque et interférer (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi