Bébés chinois OGM : des mutations imprévues sont apparues dans leur génome

Futura avec l'AFP-Relaxnews

L'annonce avait choqué le monde en novembre 2018 : le scientifique He Jiankui avait révélé à Hong Kong qu'il avait modifié des embryons, dans le cadre d'une fécondation in vitro pour un couple, afin de tenter de créer une mutation de leurs génomes. Cette procédure leur conférerait une immunité naturelle contre le virus du sida, le VIH, au cours de leur vie — procédure qui n'avait aucune justification médicale, car des techniques existent pour empêcher leur contamination par le père séropositif. Nées l'an dernier, deux jumelles, nommées Lulu et Nana (pseudonymes), étaient donc nées d'embryons génétiquement modifiés par les ciseaux moléculaires « Crispr ».

L'expérience d'He Jiankui avait vivement été condamnée par la communauté scientifique internationale et les autorités de son pays, et l'affaire avait relancé les appels à une interdiction des « bébés Crispr ». L'anonymat des bébés et de leurs parents ayant été préservé, on ignore depuis totalement ce qu'elles sont devenues. Mais, selon un journaliste américain qui a obtenu une version non publiée de l'étude détaillant l'expérience, elles ont probablement des mutations imprévues dans leur génome à la suite de cette manipulation.

Le scientifique chinois He Jiankui après avoir annoncé avoir modifié le génome d'embryons humains, lors du 2e Sommet international sur la modification du génome humain le 28 novembre 2018 à Hong Kong. © Anthony Wallace, AFP

Cripsr, technique révolutionnaire mais encore trop balbutiante

Un journaliste de la MIT Technology Review a reçu le manuscrit de l'étude que He Jiankui a tenté de faire publier par des revues scientifiques prestigieuses, et qui détaille sa méthode et ses résultats. Mais le texte de l'étude confirme ce que beaucoup d'experts suspectaient : il ne montre pas en réalité que la mutation tentée, sur une partie du gène CCR5, a effectivement réussi, selon des généticiens interrogés. L'étude affirme que la mutation accomplie est « similaire » à celle qui confère l'immunité, et non...

> Lire la suite sur Futura