Bébé né dans le RER A: la maman et la femme qui l'a aidée racontent cette naissance hors du commun

La Rédaction
Bébé né dans le RER: le témoignage de la maman et de celle qui l'a aidée à accoucher.

INSOLITE - "On croisait les doigts pour que tout se passe bien". Cinq jours après la naissance d'un bébé dans le RER A à Paris, lundi 18 juin, la mère de l'enfant et l'une des deux femmes qui l'ont aidée à accoucher se sont confiées à BFMTV, ce samedi 23 juin.

Éliane était dans le RER A, lundi matin, lorsqu'elle a entendu des gémissements à l'étage supérieur du train. Avec une autre femme, elle a découvert une maman, Amata, sur le point de mettre au monde son enfant: "Avec une autre dame, Aurélie, nous nous sommes retrouvées seules. Tous les gens qui étaient là sont descendus à Auber. On a vu la maman vaciller. Elle a mis sa main sur le ventre. Tout de suite, on l'a récupérée, et là on a vu qu'elle était enceinte", explique-t-elle à BFMTV.


Très vite, les deux femmes allongent la jeune maman et dégagent ses vêtements. "J'ai vu sortir un petit peu la tête et puis le reste du corps, et je l'ai eu dans mes mains. Il est arrivé très vite, sans aucune complication", se remémore Éliane. "Quand il a pleuré tout de suite, et quand il a continué à pleurer tout le temps j'étais très contente (...) On a attendu vraiment très impatiemment les secours et on croisait les doigts pour que tout se passe bien", poursuit-elle, avant de préciser qu'elle aurait été "totalement démunie" s'il y avait eu le moindre problème.

Lamata raconte qu'elle se rendait chez sa cousine lorsqu'elle a commencé à sentir des contractions. "J'ai senti que ça n'allait pas, j'ai commencé à crier 'au secours' et j'ai vu la dame, monter avec une autre femme. Elles m'ont aidé à accoucher", explique-t-elle. Elle se rappelle avoir eu juste le temps d'enlever son pantalon avant que le bébé n'arrive.

Âgée de 28 ans, Lamata a déclaré au Parisienqu'elle avait rendez-vous à l'hôpital jeudi 21 juin, mais qu'elle avait voulu s'y rendre dès le lundi,...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post