Dans le Béarn, le graffeur Bust the Drip crée une fresque gigantesque sur les murs d'un gymnase

Odile Morain
·1 min de lecture

À Billère, dans les Pyrénées-Atlantiques, on a décidé de soutenir la culture et de la rendre accessible à tous. Privés de musée et de salle de spectacles, c'est dans la rue que les artistes sont invités à se produire. À l'image du street artiste parisien Bust the Drip qui redécore entièrement le mur du Sporting d'Est, dont la façade avait bien besoin de retrouver des couleurs.

Le street art comme une danse

Alexis Stephens alias Bust the Drip est d’origine franco-jamaïcaine. Issu du monde du hip-hop, il pratique la peinture comme une danse. "C'est assez intense, surtout quand les jets deviennent de plus en plus grands", nous confie-t-il. Sous ses pinceaux, les murs bruts se transforment en chevalet d'artiste et donnent vie à une multitude de personnages qui semblent aussi s'envoler dans une danse.

Comme son nom l’indique, Bust the drip est adepte du dripping (de l'anglais to drip, laisser goutter), technique mise en avant par le peintre américain Jackson Pollock qui consiste à projeter la peinture avec le pinceau. Ses oeuvres sont à la fois inspirées de la peinture classique et du monde contemporain. Il est régulièrement invité dans différentes communes françaises (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi