Azerbaïdjan : une première dame va-t-en-guerre

Par Marc Nexon
·1 min de lecture
Le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev et son épouse la vice-présidente Mehriban Aliyeva prennent la posent au Haut-Karabakh après la victoire militaire de leur pays.
Le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev et son épouse la vice-présidente Mehriban Aliyeva prennent la posent au Haut-Karabakh après la victoire militaire de leur pays.

« Après des années de chagrin et de tragédie, la justice historique est rétablie. » Parmi ceux qui célèbrent la victoire de l'Azerbaïdjan face à l'Arménie, une figure déborde d'enthousiasme : Mehriban Aliyeva, 56 ans, la première dame du pays. Depuis la fin du conflit, elle multiplie les déclarations à la gloire de cette « génération de héros qui demeurera à tout jamais dans nos mémoires ».

Certes, Mehriban ne brandit pas le poing devant les caméras, comme son mari, le dictateur Ilham Aliyev, 58 ans, mais dressée sur ses talons aiguilles ou en treillis militaire, elle affiche la même détermination.

C'est elle qui fleurit les tombes des « martyrs ». Elle qui se rend au chevet des blessés ou qui entre aux côtés de son époux dans les villes de Fizouli et de Djabraïl « libérées de l'occupation arménienne », lunettes de soleil sur le nez et chaussée de rangers. Son compte Instagram regorge désormais de messages patriotiques.

Numéro deux du régime

Mehriban, il est vrai, ne se contente pas de jouer les « First Lady ». Mariée à l'âge de 19 ans à Aliyev après avoir décroché à Moscou son diplôme d'ophtalmologue, elle a eu tout le loisir de découvrir les arcanes du pouvoir. Et de collectionner les titres. Ambassadrice de bonne volonté de l'Unesco, elle siège à l'état-major du parti présidentiel, au Parlement et gère en toute opacité une très riche fondation consacrée à la mémoire de son beau-père, Heydar Aliyev. En février 2017, tout s'accélère. Elle est nommée au poste [...] Lire la suite