Aya Nakamura : "Avec ma fille, je suis du genre maman gâteau !"

Jeudi, la plage Magnum recevait pour son ouverture une invité de marque, son ambassadrice : la chanteuse Aya Nakamura.

Jeudi, la plage Magnum recevait pour son ouverture une invité de marque, son ambassadrice : la chanteuse Aya Nakamura.

Révélée par le tube « Djadja » en 2018, le clip comptabilise aujourd’hui plus de 368 millions de vues sur youtube. A 24 ans, Aya Nakamura, originaire du Mali et élevé en région parisienne compte parmi les chanteuses les plus populaires de sa génération. Forte de son succès, elle été choisi par la plage Magnum comme ambassadrice au côté de l’icône de mode Iris Apfel. Présente hier lors de la conférence de presse, elle a répondu à nos questions.

Paris Match. Quels types de films regardez-vous ?
Aya Nakamura. Je regarde beaucoup de films dramatiques, fantastiques et des séries comme «Game Of Thrones». D’ailleurs, j’ai hâte de voir le nouvel épisode lundi, car je suis un peu restée sur ma fin avec le précédent. J’adorais le personnage de Daenerys, mais dernièrement elle est devenue trop incontrôlable ! Et j’aime bien Cersei Lannister aussi, même si par moment, elle m’énerve un peu. De manière générale, je trouve que les méchants ont toujours beaucoup plus de charisme que les gentils dans les films.

Vidéo:Aya Nakamura a fait danser la Croisette

Quel est votre film culte ?
« Le loup de Wall street ». Leonardo DiCaprio a beaucoup de prestance, il joue super bien. Lorsque l’on regarde ce film on a envie de braquer une banque. C’est une motivation à vouloir faire plus d’argent.

Que faites-vous lorsque vous n’êtes pas en tournée ?
J’active le mode maman. Je profite de ma famille. Avec ma fille, je suis du genre maman gâteau. Mais j’essaie aussi de lui inculquer certains principes de la vie afin qu’elle parte sur de bonnes bases.

Votre fille sait-elle que vous êtes célèbre ?
Elle n’est pas vraiment au courant que je suis chanteuse ! Elle ne m’a d’ailleurs jamais vu à la télévision et cela fait très peu de temps qu’elle commence(...)


Lire la suite sur Paris Match