"Aya", l'album d'Aya Nakamura bat déjà des records

M. R.
·2 min de lecture
La chanteuse française Aya Nakamura, le 19 novembre 2020 dans le studio photo de l'AFP à Paris - JOEL SAGET © 2019 AFP
La chanteuse française Aya Nakamura, le 19 novembre 2020 dans le studio photo de l'AFP à Paris - JOEL SAGET © 2019 AFP

Elle fait danser la planète avec des tubes comme "Djadja" et "Jolie nana" et est l'artiste française la plus écoutée dans le monde.

Les chiffres donnent le tournis: quatre jours après sa sortie, "AYA", son 3e opus, a été streamé plus de 12 millions de fois sur la plateforme Spotify, devenant ainsi le troisième album le plus écouté au monde... devant celui du groupe AC/DC, selon des chiffres communiqués par la plateforme.

A l'évocation de ces chiffres, la chanteuse semble comme prise de vertige: "Waoouu je savais pas, c'est vraiment génial", s'enthousiasme-t-elle. "J'étais un peu stressée car je m'étais demandée si je devais faire la même chose que Nakamura (son 2e album), alors que j'avais envie d'autre chose".

Déboires amoureux

Son deuxième album, Nakamura (2018) est celui qui a changé sa vie. Porté par les deux hits "Djadja" (700 millions de vues sur YouTube) et "Pookie", il s'est vendu à plus d'un million d'exemplaires.

Dans Djadja, elle raconte ses déboires amoureux avec un ex à qui elle demande des comptes: "J'entends des bails atroces sur moi", lui lance-t-elle. "Des bails", comprenez des choses. Et elle poursuit: "A c'qui paraît, j'te cours après ? Mais ça va pas. Mais t'es taré, ouais. Mais comment ça, le monde est tipeu". "Tipeu", petit en verlan.

"C'est pas seulement ma façon de parler, j'invente rien", se défend-elle, disant puiser son inspiration dans l'argot de sa banlieue parisienne.

Madonna et Rihanna sont fans

La chanson connaît le succès et se classe même numéro 1 aux Pays-Bas, une première depuis Edith Piaf, avant d'être reprise par le chanteur colombien Maluma, énorme star en Amérique latine et aux Etats-Unis, qui a travaillé avec Madonna et Shakira. Madonna, mais aussi Rihanna ont par ailleurs publié des vidéos sur lesquelles elles dansent surDjadja.

Ultime consécration, elle est invitée au festival américain "Coachella", annulé pour cause de Covid-19, un honneur dont seule une poignée de Français peut se targuer, comme Daft Punk et Chris(tine and the Queens).

Son nom s'affiche désormais en (très) grand sur la mythique place de Times Square à New York.

De quoi faire rêver la nouvelle reine de la pop à d'autres horizons.

Article original publié sur BFMTV.com